jeudi 13 octobre 2016

SkySat-4, 5, 6 et 7 : la constellation se met en place

Vous savez surement que Google a racheté en 2014 la startup Skybox, renommée depuis Terra Bella. Il y a quelques jours, nous avons pu assister au lancement puis à la mise sur orbite de 4 nouveaux satellites SkySat par Arianespace, pour le compte de Terra Bella. Ce lancement porte ainsi à 7 le nombre de satellites de la filiale de Google actuellement en opération.
Septième vol réussi depuis le CSG cette année pour Arianespace. © ESA/CNES/Arianespace – Photo Optique Video du CSG
Lancement de la fusée Véga VV07.

Le vol (VV07) constitue pour Arianespace le premier client américain pour le petit lanceur italien Vega (le petit frère d'Ariane 5). Terra Bella (TB) emploie 125 personnes et est le cinquième opérateur de satellites américain autorisé à commercialiser des images haute résolution de la Terre
. En 2014, TB a été classée parmi les 25 entreprises les plus audacieuses par le magazine américain Inc. consacré aux entreprises à forte croissance. Terra Bella veut abaisser le coût de développement  des satellites en dessous de la somme symbolique des 50 millions de $ pièce, en utilisant des composants électroniques du commerce. Mais la startup compte aussi déployer rapidement sur orbite basse, une constellation de 24 satellites, capables de revisiter n’importe quel point du globe trois fois par jour, et d’offrir ainsi des images de 110 à 90 cm de résolution. TB espère aussi réaliser des vidéos de 90 secondes à 30 images par seconde. Les satellites sont équipés d'un télescope Ritchey-Chretien de type Cassegrain, d’une longueur focale de 3,6 m.


Vidéo du lancement

Terra Bella disposait jusque là de trois satellites en orbite, SkySats 1 à 3, respectivement lancés par une fusée Dnepr (depuis l'Ukraine) en novembre 2013, par une fusée Soyouz (depuis la Russie) en juillet 2014, et par une fusée PSLV (depuis l'Inde) en juin 2016. Les SkySats 1 et 2 (83 kg chacun) étaient expérimentaux et « faits maison ». SkySat 3, également appelé SkySat C-1 (120 kg) a été le premier satellite commercial de la constellation. Il a aussi été conçu par Terra Bella, mais sa fabrication a été sous-traitée à SSL (Space Systems/Loral), le célèbre constructeur californien. SSL a reçu une commande en février 2014 pour la production de treize satellites SkySat, plus compacts (15 cm de moins) et plus légers (de 10 kg chacun). Pour cela, le constructeur a même construit une salle blanche à Palo Alto, tout près du siège de Google dans laquelle les satellites sont montés et testés à la chaîne à une vitesse record. Le mode startup de bout en bout.
Les améliorations de cette nouvelle version (la version C) sont notamment un module de propulsion pour  le contrôle de l’orbite (ce qui assure une durée de vie plus longue à la plateforme mais aussi un contrôle d'attitude très fin), des pixels plus fins et une meilleure agilité. Au total, Terra Bella prévoit d'opérer une constellation de 24 satellites dans les années à venir. Six nouveaux satellites devraient d'ailleurs partir pour l'espace début 2017, depuis une base spatiale américaine.
Terra Bella veut aider les entreprises à répondre aux défis impactant leurs activités et offrir une meilleure vision des grands enjeux économiques, environnementaux et humanitaires de notre planète.
SkySat 4 Terra Bella Google
Première image SkySat 4 montrant le siège de Google à Mountain View (en Californie), 
prise le 23 septembre 2016. (c) Photo : Terra Bella.

VV07 emportait également PéruSat-1, mis en orbite quelques dizaines de minutes après les SkySat. Ce satellite d'observation de la Terre est le premier engin spatial du Pérou.



Pour aller plus loin :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire