mercredi 2 décembre 2015

à la COP21...


Alors que la Conférence de Paris de 2015 sur le climat (COP21) a commencé au Bourget sous l'égide des Nations Unies, je vous recommande de vous y rendre et de visiter le pavillon ouvert au public : Espaces Générations Climat.  Accessibles librement et gratuitement au public comme à toutes celles et ceux qui participent aux négociations climatiques internationales, les Espaces Générations climat sont ouverts du 1er au 11 décembre 2015 de 10h30 à 19h00, à l’exception du dimanche 6 décembre.

Vous y découvrirez de très nombreux stands et pourrez rencontrer de nombreuses personnes venues du monde entier. Vous y trouverez aussi les mécènes et grandes entreprises françaises oeuvrant également à la réussite de la COP21.


Les entreprises contribuent directement ou indirectement au réchauffement climatique et sont donc naturellement des acteurs incontournables dans l’élaboration de solutions efficaces qui permettront de rester sous la limite d’une augmentation des températures de +1,5 à +2°C.

Un grand nombre d’entreprises, quel que soit leur secteur d’activité, sont déjà engagées dans une dynamique de lutte contre le dérèglement du climat, dans le cadre de diverses initiatives, comme par exemple le Caring for climate du Global Compact, le programme Climate Savers développé par le WWF, l’initiative RE100 du Climate Group, une partie du Forum économique mondial ou encore l’Agenda des solutions.

Par ailleurs, plusieurs de ces entreprises ont choisi de contribuer à l’organisation de la COP21, au titre du mécénat, via des contributions financières ou en nature.


Parmi les entreprises présentes, se trouve Google qui propose un mur d'images avec Google Earth et Google Earth Engine en libre service. Ces puissants moteurs servent de l'information géographique et de l'imagerie satellite couvrant toutes les régions de la planète. Ces outils connus de tous et très faciles à utiliser, permettent ainsi d'accéder à des données très récentes provenant des plus grands centres de recherche scientifique du monde, des satellites en orbite et de nombreux autres capteurs.



Grâce à la fonctionnalité Google Timelapse, vous pourrez naviguer dans l'espace et dans le temps et constater par vous même les changements des paysages et les profondes transformations que subit la planète depuis 40 ans. Vous pourrez constater le recul des glaciers de l'Alaska et du Groenland, la pollution lumineuse en Pologne ou en Chine la nuit, la profonde crise Ukrainienne par une baisse sensible de l'éclairement des villes, la disparition de la mer d'Aral ou d'autres grands lacs d'Asie mineure, les déserts se transformant en champs verts grâce à une irrigation non raisonnable, la déforestation galopante au Brésil ou au Pérou, l'accroissement des mines à ciel ouvert en Amérique du Sud, la prolifération des sites pétrolifères à fracturation hydraulique aux Etats-Unis et au Canada, les incendies saisonniers de Californie ou d'Australie, les incendies agricoles dans la péninsule Indochinoise, l'extension des villes un peu partout sur la planète et de très nombreuses autres catastrophes naturelles et atteintes à l'intégrité de la biodiversité...


Google Earth est l'outil SIG le plus téléchargé de toute l'histoire de la géo-informatique. Totalement gratuit, sa version professionnelle (Google Earth Pro) utilisable par les ONG, les organismes de recherche, les médias et les entreprises est également gratuite depuis janvier 2015.


Bonne chance à la COP21 et aux négociations en cours pour l'avenir de l'Humanité et de la Biodiversité.



Pour quelques informations de plus sur la COP21 : le JDD.

vendredi 27 novembre 2015

L'appli Géo-mobile du mois : 7è CONTINENT

80% des déchets plastiques présents dans les océans proviennent de l’activité humaine sur les continents. Aucun océan n’est épargné par la présence massive de déchets plastiques qui véhiculent des perturbateurs endocriniens, métaux lourds et autres polluants qui sont autant de pièges pour la biodiversité avec un impact sur la santé humaine.

Localiser par tous les moyens y compris par les satellites, comprendre les impacts et réduire la pollution des déchets plastiques.Telle est la mission de Expédition 7e Continent qui œuvre pour un environnement préservé en combinant des savoir-faire scientifiques (CNES, CNRS…), pédagogiques et médiatiques structurés autour d’un engagement basé sur l’action et les solutions.

Expédition 7e Continent présente une application mobile participative permettant au public de géo localiser et de témoigner en photo/vidéo des déchets plastique présents dans la nature.

Cette application connecte chaque individu muni d’un Smartphone à un réseau local (associatif, collectivités, industriel) intéresser au ramassage des déchets plastique et de leur recyclage.

Cette application remplit un besoin scientifique pour alimenter en Big Data, via le crowdsourcing des organismes scientifiques qui pourront cartographier les sites de pollution.
L’économie circulaire est également présente pour créer de l’emploi local de proximité, souvent bénéfique aux associations et aux femmes, grâce aux actions de recyclage de cette matière secondaire que représente les déchets plastiques.

L'appli est gratuite et disponible sur l'App Store (iOS) et sur Google Play (Android).

mercredi 11 novembre 2015

Avec Google Maps, naviguez et cherchez... en étant connecté ou pas !

Environ 60% de la population mondiale n'a pas accès à Internet, et même quand l'accès en ligne est possible, il peut encore être amélioré et mieux partagé. Cela signifie que l'accès rapide et facile à l'information n'est toujours pas possible pour une majorité de la population. Ceci est un vrai problème pour de nombreux usages et particulièrement pour les gens qui tentent de se déplacer (pour quelques raisons que ce soit), d'explorer le monde alentours, de voyager... C'est pourquoi, l'équipe d'ingénieurs travaillant sur Google Maps prend des mesures pour aider les gens à travers le monde à trouver leurs chemins et directions et à arriver là où ils le souhaitent, même quand ils ne disposent pas d'une connexion Internet permanente.

C'est Amanda Bishop, Product Manager chez Google qui vient de l'annoncer. A partir d'aujourd'hui, vous pouvez télécharger et mettre en mémoire une région du monde dans votre smartphone. De sorte que la prochaine fois que vous vous trouverez sans connection Internet, que ce soit sur une route de campagne ou dans un parking souterrain par exemple, Google Maps continuera à fonctionner de manière nominale, sans interruption. Alors qu'auparavant vous pouviez simplement voir une zone de la carte en mode déconnecté, vous pouvez maintenant obtenir un itinéraire "pas à pas", rechercher des destinations spécifiques, et trouver des informations utiles sur les lieux alentours, comme les heures d'ouverture des magasins ou des informations de contact, voire également des évaluations de restaurants ou d'hotels.
Vous pouvez donc télécharger une zone suite à la recherche d'une ville, d'un département, d'une région ou d'un pays par exemple, en appuyant sur "Télécharger", ou en allant dans "zones déconnectées" du menu Google Maps et en cliquant sur le bouton "+" . Une fois téléchargé, Google Maps se mettra automatiquement en mode "hors ligne" dès qu'il reconnaîtra que vous êtes dans un endroit avec peu ou pas de connectivité. Lorsque la connexion est retrouvée, il se remettra en mode "en ligne" de sorte à pouvoir facilement accéder à la version complète de Google Maps, y compris avec les conditions de circulation en temps réel pour achever votre itinéraire. Par défaut, les zones seront seulement téléchargées dans votre smartphone lorsque vous serez en mode Wi-Fi, cela pour éviter des frais téléphoniques importants.
Lors du dernier Google I/O (en mai 2015), Google avait présenté en avant-première ces nouvelles capacités de Google Maps. Quelques mois seulement après, les premiers éléments de ces nouvelles fonctionnalités apparaissent pour la dernière version de Google Maps sous Android (et seront bientôt disponibles pour Google Maps sous iOS également). Au fil du temps, Google présentera encore plus de fonctionnalités en mode déconnecté pour aider les gens à trouver leur chemin, même lorsqu'ils n'auront pas d'accès à Internet.

dimanche 18 octobre 2015

Google Transit dans la métropole Marseillaise

C'est Nick Leeder, le Directeur Général de Google en France qui l'a annoncé il y a quelques temps.

Marseille et sa région accueillent chaque année des millions de visiteurs, ceux-ci arrivant par la Gare Saint-Charles (11 millions), l’aéroport (8 millions) ou le port (3 millions). Le récent classement ICCA a placé Marseille comme la 2e ville française et destination européenne de référence pour les Congrès et manifestations attirant ainsi de plus en plus de touristes étrangers.

C’est cette fantastique attractivité, que Google a souhaité soutenir en intégrant dans ses services les données des transports de la métropole marseillaise. Le lancement de Google Transit est rendu possible grâce à la mise à disposition par Marseille Provence Métropole de ces données en “open data”.

Google Transit vous propose dorénavant des parcours optimisés au sein de Marseille, intégrant les arrêts les plus proches de vous, le détail des lignes de métros, tramways et bus, des recommandations d’itinéraires ainsi que la durée des différentes options de trajet. Ainsi, que vous soyez touristes, français ou étranger, ou résident vous pourrez circuler simplement à travers la ville sans télécharger de nouvelle application.

Retrouvez toutes les informations clés pour vos déplacements en transports en commun directement dans Google Maps, Google Search et Google Now. A noter que plus d’un milliard d’internautes utilisent à ce jour Google Maps, qui est disponible en plus de 30 langues !
Pour organiser un déplacement, que vous soyez sur un ordinateur ou en mode mobile, il vous suffit de cliquer sur le bouton "Itinéraire" dans Google Maps, puis sur l'icône “transport public” et d'entrer un lieu de départ et une destination. Google Transit calcule ensuite le meilleur trajet et le moyen de transport le plus pratique en fonction de l’itinéraire et de l’horaire de votre voyage. La fonctionnalité Google Transit est également intégrée dans le moteur de recherche Google Search et dans Google Now, vous proposant directement des itinéraires optimisés.  
Google Transit couvre déjà plus de 15,000 villes et régions partout dans le monde. En France, ce service est déjà disponible à Paris, Bordeaux, Strasbourg, Perpignan et plusieurs autres villes en France. Google cherche toujours à collaborer avec de nouvelles villes et agglomérations en France. Aussi, n'hésitez pas...

dimanche 27 septembre 2015

Ne ratez pas la Super Lune rouge

Cette nuit (dans la nuit du 27 au 28 septembre), il y aura une Super Lune doublée d'une éclipse de Lune par la Terre. L'astre de nos nuits sera alors rouge brique...
eclipse-carte France-AFA
La « Tétrade lunaire »
Les éclipses de lune reviennent à peu près deux fois par an, bien que cela ne soit pas toujours très régulier. Par exemple, il y en a eu quatre en 2009 et trois en 2013. C'est donc assez variable !

Le hasard astronomique fait qu’il arrive qu'il y en ait exactement quatre, qui se suivent à chaque fois à six lunaisons (disons à six mois) d’intervalle l’une de l’autre. Voici les 4 dernières avec celle de cette nuit :
- 15 avril 2014
- 8 octobre 2014
- 4 avril 2015
- 28 septembre 2015

C’est cette occurence particulière que l’on appelle la Tétrade Lunaire. Assez rare, cette configuration se reproduira à nouveau en 2032 et 2033.

La Super Lune
Lorsque la Lune tourne autour de la Terre, elle décrit une ellipse, c’est-à-dire un cercle un peu aplati, ce qui fait sensiblement varier la distance entre la Terre et la Lune entre 356.000 km (c’est le périgée ou encore la distance la plus courte entre les deux corps) et 406.000 km (c’est l’apogée, soit la distance plus grande entre les deux corps). Comme la Lune ne change pas de taille, lorsqu’elle est plus proche de la Terre, on la voit plus grosse. C'est la Super Lune. Evidemment, quand elle est plus éloignée, on la voit plus petite. 


La Pleine Lune
Pendant que la Lune tourne autour de la Terre, elle est éclairée par le Soleil, et selon le côté où elle se trouve, on voit soit le côté éclairé (c’est la Pleine Lune, très lumineuse), soit le côté sombre (c’est la Nouvelle Lune, très sombre), soit encore un croissant plus ou moins important, selon son orientation par rapport à la Terre. Ces différentes portions de la Lune éclairée vue depuis la Terre sont nommées la phase lunaire. Entre deux Pleines Lunes, il s'écoule environ 29 jours et demi.

Ces deux moments ne correspondent jamais, mais il se trouve qu’elles tombent presque en même temps dans la nuit du 27 au 2! septembre.


Coïncidence de tout cela
La Lune est au périgée ce lundi 28 septembre à 4h09 (selon notre heure d’été). Elle sera à 356.880 km de la Terre, ce qui en fait même un périgée exceptionnel. La Pleine Lune, aura lieu ce lundi 28 septembre à 4h42 !

Donc la Lune sera un peu plus grosse que d’habitude et très brillante dans une courte portion de temps.

Cette nuit, le Soleil, la Terre et la Lune seront parfaitement alignés, et donc la Lune passera progressivement dans l’ombre de la Terre. Comme lors de toutes les éclipses de Lune, elle prendra une teinte cuivrée lorsqu’elle sera "cachée" par l’ombre de la Terre, l'atmosphère terrestre étant dans cette configuration "rétro-éclairante".

Bien visible en Europe, de notre côté de la Terre, il faudra pour l'observer se lever tôt. C’est entre 4h et 5h30 environ (heure de Paris) que le spectacle sera le plus beau. N'oubliez pas de regarder vers l’ouest, à l'oeil nu (il n'y a aucun danger) ou aux jumelles (ce qui amplifiera la teinte cuivrée).


Timing

  1. Entrée dans la pénombre à partir de 2 h 11 min, heure de Paris, soit 0 h 11 min en temps universel
  2. Entrée dans l’ombre à partir de 3 h 07 min (1 h 07 min TU)
  3. Début de la totalité à 4 h 11 min (2 h 11 min TU)
  4. Milieu de la totalité à 4 h 48 min (2 h 47 min TU)
  5. Fin de la totalité à 5 h 23 min (3 h 23 min TU)
  6. Sortie de l’ombre jusqu'à 6 h 27 min (4 h 27 min TU)
  7. Sortie de la pénombre jusqu'à 7 h 22 min (5 h 22 min TU)

La prochaine ?
La prochaine coincidence de ces trois phénomènes (Pleine Lune, Super Lune, Eclipse de Lune) aura lieu le 8 octobre 2033 ! Il ne faut donc pas rater celle-là entre 4h11 et 5h23...



Pour aller plus loin :

jeudi 24 septembre 2015

Google Street View est devenu une App à part entière

Tous les utilisateurs de Street View vont pouvoir apprécier la nouvelle ! En version mobile, Google Street View qui a toujours fait partie intégrante de Google Maps pour Android (même si techniquement parlant c'était un APK séparé), est devenu une App mobile à part entière. Tout est donc en train de changer avec la v2.0, une mise à jour majeure pour les centaines de millions d'utilisateurs du plus célèbre webservice immersif au monde. Pour la première fois en effet, Street View est devenu une application autonome dans votre logithèque d'applications mobiles (sur le Google Play), avec ses propres fonctionnalités. Et comme il y a beaucoup de choses à en dire, faisons donc un petit point ensemble.

Vous vous souvenez peut-être que lors du dernier Google I/O, Google a évoqué la mise au point d'une nouvelle plateforme de caméra 360° en collaboration avec GoPro. Cette annonce a été complétée par une information passée inaperçue à l'époque : la mise au point d'une application mobile Street View prenant en charge cette nouvelle plateforme GoPro. Vous n'avez probablement ni l'une, ni l'autre, mais ne vous inquiétez pas. L'application mobile est sortie (vous pouvez donc la télécharger) et la plateforme GoPro sera bientôt disponible pour les professionnels.
Vous pouvez donc utiliser l'application mobile pour créer et télécharger des photosphères (une manière démodée de fabriquer vos vues immersives), mais n'oubliez pas que vous aurez besoin d'un smartphone muni d'un gyroscope pour obtenir un résultat correct.

L'application mobile permet également une recherche de toutes les vues 360° disponibles dans Google Maps, y compris l'imagerie classique et officielle Street View (étiquetée comme un composant de Google Maps), mais aussi les photosphères publiées par le grand public et les utilisateurs adeptes de cette technologie. Vous pouvez zoomer sur la carte pour voir les lieux et les points d'intérêt couverts. N'hésitez pas à les consulter sur un écran grand format, tablette ou phablet par exemples...


Il y a quelques modifications mineures apportées à l'interface utilisateur de Street View dans Google Maps, mais vous découvrirez des choses plus importantes dans la nouvelle application mobile, le fichier étant passé de 250 Ko à 30 Mo. Téléchargez l'APK Mirror et plongez dans un univers immersif incomparable...

dimanche 13 septembre 2015

Le Projet Sunroof : ou comment cartographier le potentiel de l'énergie solaire pour chaque toit de la planète

C'est Carl Elkin, l'ingénieur chargé du Projet Sunroof chez Google qui l'a annoncé récemment. Le coût de l'énergie solaire est à un niveau record (très bas). Une maison solaire typique peut aider à économiser des centaines, voire des milliers d'Euros par an sur la facture d'électricité de son propriétaire ou de son locataire. En tant que volontaire participant au programme Solarize Massachusetts à Boston et en tant que propriétaire d'une maison solaire, il a toujours été surpris de voir combien les gens qu'il rencontre pensent que leur "toit n'est pas suffisamment ensoleillé pour être équipé de panneaux solaires" ou que "le solaire est tout simplement trop cher". Beaucoup d'entre eux manquent en fait une occasion d'économiser de l'argent et de devenir éco-vertueux.

Le Projet Sunroof, est un projet "20%". C'est un nouvel outil web permettant de tester la valeur d'une aide et assistance aux propriétaires souhaitant explorer si ils peuvent s'équiper de panneaux solaires. Disponible dans un premier temps dans la région de San Francisco, à Fresno (Californie centrale), et dans la région de Boston, l'outil utilise la cartographie aérienne à haute résolution (la même que celle de Google Earth) pour aider à calculer le potentiel de l'énergie solaire d'un toit, sans avoir à monter sur des échelles.
Screen Shot 2015-08-14 at 10.03.49 AM.png


Si vous êtes dans l'une des régions test, il suffit d'entrer votre adresse et le Projet Sunroof la testera dans sa base de données. L'ordinateur calcule tout d'abord combien de temps la lumière du Soleil éclaire votre toit durant une année entière, en tenant compte de facteurs comme l'orientation du toit, l'ombre des arbres et des bâtiments voisins, et les conditions météorologiques locales. Vous pouvez également saisir le montant de votre facture d'électricité pour encore mieux personnaliser les résultats. L'outil combine ensuite toutes ces informations pour estimer le montant que vous pourriez potentiellement économiser avec des panneaux solaires, et il peut vous aider à vous mettre en relation avec des fournisseurs locaux de panneaux et installations solaires.

Google a toujours porté de l'intérêt et attaché de l'importance aux énergies renouvelables et aux énergies propres, sans carbone, et en particulier à l'énergie solaire. En multipliant les démarches d'installations de panneaux solaires sur les toits, en aidant le financement de la plus grande ferme solaire en Afrique, ou en construisant l'un des plus grands complexes solaires des Etats-Unis à Mountain View.


Bien que le Projet Sunroof soit dans une phase pilote pour l'instant, au cours des prochains mois les équipes de Google vont explorer comment rendre l'outil plus efficace et plus largement disponible. Si vous constatez que votre adresse n'est pas encore couverte par l'outil, n'hésitez par à laisser votre email au système ; vous pourrez ainsi être tenu informé de la disponibilité du Projet Sunroof pour votre localité !

samedi 5 septembre 2015

Dans Google Maps, découvrez la fonction "Explorer"

Que vous soyez un touriste à la recherche d'un dîner atypique ou que vous recherchiez un restaurant cool et sympa dans votre ville, Google Maps en version mobile fournit des informations très détaillées et très utiles afin que vous puissiez prendre la meilleure décision sur où aller. Depuis quelques jours, dans Google Maps pour Android (aux États-Unis et au Royaume-Uni dans un premier temps), vous êtes en mesure de découvrir le meilleur de votre ville grâce à la nouvelle fonctionnalité "Explorer". Que ce soit à New York, San Francisco et à Londres, vous apprécierez les recommandations prodiguées par Google Maps. Vous pouvez donc découvrir ce qui est unique (et délicieux) dans le quartier. Avant d'aller au théâtre dans le Theater District à New York, à l'occasion d'un picnic dans le Dolores Park à San Francisco ou dans les vieux pubs de la City à Londres.

Avoir le meilleur guide (culinaire ou touristique) local est très bien, mais ce qui est mieux, c'est d'avoir le guide local qui vous convienne, celui qui est fait pour vous. Pour ce faire, vous devez savoir où vous allez, le jour et l'heure de votre repas, et le type d'ambiance souhaitée. Après tout, un endroit pour une escapade seul peut ne pas être votre premier choix pour un dîner avec des amis ou pour un tête à tête amoureux ou encore pour un déjeuner pro ! Avec la nouvelle version de Google Maps, peu importe l'occasion - pensez "déjeuner à proximité dès maintenant" ou "meilleurs endroits pour dîner avec les enfants ce week-end", vous pouvez être sûr que Google Maps vous trouvera un coin sympa.
Screenshot_2015-08-26-21-49-35.png     Screenshot_2015-09-02-07-54-25.png
Une fois que vous avez choisi la catégorie qui convient à votre envie, vous pouvez consulter les détails sur chaque lieu proposé. Consultez les photos, obtenez des informations (Famille ? Pro ? Rapide ? Amis ?...), et vérifier les notes et les commentaires de Google et d'autres convives. Et pour certains endroits, vous découvrirez aussi pourquoi ils peuvent être particulièrement pertinents pour vous : par exemple Google Maps peut recommander un endroit qui est populaire selon d'autres convives qui ont visité ce lieu dans lequel vous êtes déjà allé dans le passé...
Screenshot_2015-09-02-09-03-20.png     Screenshot_2015-09-01-15-34-23 (1).png
Alors que Google Maps peut offrir une liste de suggestions, pour déjeuner ou pour dîner en fonction de votre emplacement et de l'heure de la journée souhaitée, il est possible qu'une suggestion faite par Google Maps soit radicalement différente de votre souhait, avec un changement de décor majeur ! Ne craignez rien, toutes les options sont paramétrables. Et si vous ne trouvez pas l'endroit idéal, vous pouvez toujours choisir d'étendre la zone de recherche ou de sélectionner une catégorie différente de restaurant.
Maintenant profitez et bon appétit !

lundi 31 août 2015

Global Fishing Watch


Global Fishing Watch est le produit d'un partenariat technologique entre SkyTruth, Oceana et Google. Il est conçu pour montrer à tous l'importance de la pêche industrielle dans les océans. Cet outil interactif - actuellement au stade de prototype - est construit pour permettre à quiconque de visualiser la flotte de bateaux de pêche au niveau mondial dans l'espace et le temps. Global Fishing Watch révèle l'intensité de la pêche dans le monde, un facteur majeur qui contribue à la chute vertigineuse des réserves halieutiques un peu partout sur la planète.

Avec des centaines de millions de personnes dans le monde dont les moyens de subsistance sont liés à l'océan, et beaucoup d'autres qui comptent dessus pour leur nourriture, il est devenu vital d'assurer la viabilité à long terme de nos mers et de nos océans. Nous avons donc besoin d'un outil puissant qui aux citoyens et à nos dirigeants, de comprendre la situation et de mesurer les enjeux et les impacts de la pêche industrielle, pour maintenir un océan généreux et une ressource abondante.

Global Fishing Watch sera disponible pour le grand public, permettant à quiconque disposant d'une connexion Internet de surveiller quand et où la pêche commerciale se passe, ceci dans le monde entier et en temps réel. Les citoyens peuvent utiliser l'outil pour voir par eux-mêmes si leurs pêcheries sont gérées efficacement. Les fournisseurs de fruits de mer peuvent garder un œil sur les bateaux auxquels ils achètent du poisson et des crustacés. Les médias et le public peuvent agir comme des vigiles pour améliorer la gestion durable des pêches mondiales. Les pêcheurs peuvent quant à eux montrer qu'ils respectent les lois et en faire part au plus grand nombre. Enfin, les chercheurs auront accès à une base de données pluri-annuelles sur toutes les activités de pêche.

L'outil utilise un flux mondial des positions des navires obtenu à partir de données extraites de l'Automatic Identification System (AIS), recueilli par satellite et révélant le mouvement des navires au fil du temps. Le système classe automatiquement les bateaux observés en fonction des mouvements détectés soit comme bateau de «pêche», soit comme bateau à l'activité de "non-pêche».

Cette version de Global Fishing Watch a été initialisée avec une injection de 3,7 milliards de positions de navires, soit plus d'un téraoctet de données retraçant deux années de collecte via satellite. Le tout permet de retracer les mouvements de 111 374 bateaux entre 2012 et 2013. Les ingénieurs ont utilisé un modèle de classification de comportement développé à partir de ces données afin de permettre l'identification du navire, le lieu de la pêche et son horodatage. Le prototype contient 300 millions de points provenant de l'AIS concernant 25 000 bateaux. Pour la carte représentant l'activité des bateaux de pêche, les données regroupent 35 millions d'enregistrements pour 3 125 navires. Toutes ces données permettent à tout un chacun de vérifier de façon indépendante les activités de chaque bateaux de pêche. Global Fishing Watch affiche ainsi le nombre précis d'heures de pêche pour chaque navire engagé, et projette le résultat sur une carte que tout le monde peut explorer avec un navigateur web.

Regardez cette vidéo pour en savoir plus, et pour voir Global Fishing Watch en action...


vendredi 28 août 2015

CARTES. Les côtes de la France les plus menacées par la hausse du niveau des mers

Très bon article à lire sur France Tv Info.

La Camargue

Avec une hausse des océans d'un mètre, la Camargue serait noyée sous les eaux, selon cette simulation réalisée à partir des données de la Nasa.  (FIRETREE / GOOGLE MAPS)

lundi 3 août 2015

Le programme de prêt du Street View Trekker fête ses 2 ans !

Vous connaissez Street View et ses célèbres Street View Cars. Vous connaissez aussi surement le Street View Trekker, ce sac à dos permettant d'obtenir la même imagerie immersive que les voitures dans des zones piétonnes ou peu accessibles... Cette information a été postée par Deanna Yick, Street View Program Manager.

Et bien voilà deux ans maintenant que vous pouvez, sous certaines conditions, bénéficier d'un prêt de la part de Google, de l'un de ces sacs à dos. Ceci afin de participer à la collecte de l'imagerie immersive 360 de Google dans le monde et devenir ainsi un photo-randonneur connecté.

En devenant partenaire de ce programme, vous pourrez et devrez donc parcourir et photographier de nombreux endroits à couper le souffle à travers le monde. Car depuis 2 ans, Google a multiplié les expériences de ce type en les industrialisant, ce qui a permis l'ajout d'images collectées dans une très grande variété d'endroits. Ceci entraîne la découverte et le partage à tous, de merveilles naturelles ou encore de petits coins cachés difficiles à atteindre voire totalement hors de portée de tout à chacun. Sans le Street View Trekker, pas facile ainsi de les découvrir.

Maintenant, à un doigt ou à un clic de souris, vous pouvez partir en Espagne randonner en montagne avec la région de Catalogne, marcher sur la route du pèlerinage de Kumano Kodo au Japon avec la Chambre de commerce et d'Industrie Mie Kumano-Kodo, explorer l'Arctique canadien avec l'association Polar Bears International, et même s'aventurer avec l'Office du Tourisme de Hawaii dans de la lave volcanique refroidie.

Si vous aimez les voyages depuis votre canapé, les ingénieurs de Google ont quelque chose pour vous. Grâce à la collaboration de centaines de partenaires, vous pouvez voyager au Groenland, visiter des ruines Viking et des fjords de glace, ou aller avec Blue Ventures faire un voyage à Madagascar, la plus vieille île du monde, regorgeante de vues uniques et d'une végétation fabuleuse. Et pour ceux d'entre vous qui sont à la recherche d'un frisson supplémentaire, que dire d'un petit voyage dans la forêt amazonienne au Brésil, façon arbonautes grâce à une tyrolienne, et à la Amazonas Sustainable Foundation.


En voyant les centaines de superbes sites collectés par les partenaires du programme, il est difficile de ne pas les envier, car ces sites sont généralement ceux dans lesquels ils vivent au quotidien. Découvrez aussi la beauté à couper le souffle du Colorado National Monument prise par le Grand Junction Visitor & Convention Bureau, la vue impressionnante du paysage urbain du Parc National du Port de Sydney réalisée avec l'aimable autorisation
du New South Wales National Parks & Wildlife Service, les eaux sinueuses de la rivière Avon recueillies par les équipes du Canal & River Trust.

Vous pouvez donc facilement découvrir d'autres endroits spectaculaires obtenus grâce aux 200 partenaires du programme de prêt du Street View Trekker, et voir les collections de la Galerie Street View, y compris des sites exceptionnels aux Etats-Unis, les Dolomites, Kyoto depuis la mer, Ticino en Suisse, des îles lointaines et beaucoup d'autres lieux merveilleux... Le monde vous attend, n'hésitez pas à partir l'explorer !

Et si vous faites partie d'une ONG, d'un office du tourisme, d'un organisme gouvernemental, universitaire ou d'une autre entité intéressée par un prêt du matériel photo de Google dans le but de partager vos endroits préférés avec le reste monde, postulez dès maintenant pour être le prochain partenaire du Street View Trekker.

lundi 27 juillet 2015

Une ballade de 5 000 km dans la steppe...

C'est Cynthia Wei, Program Manager de Google Street View qui a raconté cette histoire. Avec plus de 250 jours de soleil par an, la Mongolie est connue par beaucoup comme le "Pays de l'éternel ciel bleu". Sous ce ciel, cependant, la Mongolie a autre chose de constant : c'est un vaste pays avec une époustouflante beauté et variété de paysages, faits de steppes et de déserts, de lacs et de rivières glacées jaillissantes.

L'automne dernier, l'équipe des ingénieurs de Google Street View a préparé un 4x4 spécialement pour relever un nouveau défi. Aller faire de l'imagerie 360° sur plus de 5000 km de routes (et pas que de routes d'ailleurs), et découvrir les paysages exceptionnels de la Mongolie.

Parfois, rien n'y personne. Pas de route, pas de chemin. Et parfois quelques rencontres étonnantes et improbables...

Et il y a eu aussi des moments où l'équipe de Google a dû abandonner le 4x4 totalement et poursuivre à pied pour parcourir les étendues sauvages de la Mongolie profonde...
Ariuntuul ou "Ari", l'opératrice mongole du Trekker, porte 18 kg sur son dos pour "imager" les fabuleux paysages.

Allons donc jeter un coup d'oeil rapide par-dessus l'épaule de Ari et le capot du 4x4 de la Google Street View car, pour découvrir quelques endroits magiques de la Mongolie.

L'hiver approche
Premier arrêt : le lac Khuvsgulle deuxième plus grand lac d'eau douce d'Asie. L'équipe a réalisé ces images au milieu de l'hiver, alors que la totalité du lac a gelé si fort que les traîneaux et les camions peuvent le traverser.



Comme vous pouvez le voir, si vous vous dirigez vers la rive, vous vous rendrez rapidement compte que ce lac gelé est une destination de prédilection pour les habitants et les touristes, avec des sculptures de glace ornées et artisans locaux installés sur la glace.

Affluents
Arrêt suivant : une des nombreuses (très nombreuses) rivières que le 4x4 de Google a dû traverser durant les 5000 km du voyage - cette fois, un petit affluent de la rivière Yeruu dans la province de Selenge.



Parfois, il n'y avait même pas de ponts de fortune.

Du sable à n'en plus finir

La Mongolie du Sud héberge le plus grand désert de l'Asie, le désert de Gobi, qui chevauche la Chine du Nord. Ces vastes plaines de sable ont donné naissance au puissant empire mongol sous Gengis Khan au 13ème siècle.



Et comme vous pouvez le voir, les chevaux sauvages sont encore capturés puis apprivoisés dans ces étendues infinies.
Le froid ne vous dérange jamais
De l'autre côté du pays, près de la frontière avec la Russie, les "routes" différent un peu en hiver. Voici le 4x4 dans les terres agricoles à l'extérieur de la troisième plus grande ville de la Mongolie, Darkhan.



Heureusement, l'équipe était équipée d'un bon 4x4...

Les toits ronds de Oulan-Bator
Le ger (prononcer "gir") aussi appelée la yourte, est une structure emblématique de la Mongolie, une maison pour les éleveurs nomades qui ont vécus et se sont déplacés dans les plaines de Mongolie depuis des milliers d'années. Aujourd'hui, de nombreuses familles se sont déplacées vers la périphérie de la capitale en plein essor, Oulan-Bator, et y ont implanté leurs yourtes...



Bon voyage !

Bien que les aventuriers et les voyageurs passent généralement des semaines à explorer les trésors cachés de la Mongolie, Google vous permet maintenant de faire en quelques clics, une belle ballade dans ce pays magnifique, et ainsi par exemple vous aider à planifier une aventure dans le monde réel...



Post-scriptum : si vous voulez en savoir encore plus à propos de la Mongolie, consultez ce post concernant plus de 200 éléments culturels mongoles que Google a ajouté aux collections de son Institut culturel.