lundi 31 mars 2014

Ça peut faire peur, mais c’est beau…


Dans un monde hyper connecté, où nos vies numériques sont de plus en plus riches, les dangers vont grandissant pour nos données et nos systèmes.
En tout cas c’est l’approche prise par la Société Kaspersky pour mettre en avant ses produits.
Malgré le sujet qui peut faire un peut peur, c’est fait d’une bien belle manière.

 Carte des Cyber-attaques (Kaspersky Lab)


Je vous invite à naviguer dans cette carte interactive (optimisée pour Chrome et Firefox) qui présente en temps réel les différentes menaces détectées par les produits Kaspersky de par le monde. 
Issue du Kaspersky Lab, cette carte vous permet en autre de connaitre le classement des pays les plus infectés. A l’heure où j’écris ces lignes, les pays sur le podium sont, la Russie, les Etats-Unis et l’Inde, la France ce trouve en 7ème position.

Prenons toutefois un peu de recul, c’est sur la corde sensible du risque numérique que Kaspersky joue pour mettre en avant ses produits. Au delà du contenu, c’est bien la forme qui fait de cette carte une petite pépite. Elle rappellera d’ailleurs peut être à certains l’imagerie d’un film comme Tron, dont le sujet n’est finalement pas si éloigné, hasard ou coïncidence…?

dimanche 30 mars 2014

La carte du dimanche - Une petite sieste?

Des hollandais on lancé une application amusante qui vous permet de trouver un spot pour une petite sieste, une pause, un instant de détente, une ronflouille, piquer un somme...

Google Naps est un jeu de mots qui selon les auteurs doit faire sourire tous les Google Fans. Cette application vous permet de localiser un banc, un carré d'herbe, ou... un lit bien évidemment !

Voici le lien vers cette appli bien décalée, un petit parfum de 1er avril... :-)



L'actu des Glass







samedi 29 mars 2014

"Lu dans la presse"

Voici une petite sélection d'articles lus ça et là ces dernières semaines dans la presse IT et qui ont retenu notre attention...

Google, Intel, Microsoft help build climate change tools
Un article de USA Today sur une initiative Fédérale pour le climat...

mercredi 26 mars 2014

"Faites des enfants qu’ils disaient…"

Les parents, qu’ils soient nouveaux ou aguerris ont au moins prononcé une fois cette phrase (dont le français est plus qu’approximatif je vous l’accorde et dont l'origine reste pour le moins floue).
Et pourtant, une étude récente d’IMS Health met en avant une corrélation intéressante entre la consommation d’antidépresseurs et le pourcentage de couples sans enfant à l’échelle régionale.




Bien que nos chères têtes blondes, ou brunes d’ailleurs, soient souvent ce que nous avons de plus cher, elles sont également une source d’ennuis qui peut être sans fin (quelqu’un pour me contredire ?). Et le raccourci facile serait de dire qu'elles sont parfois déprimantes…

Et bien détrompez vous, cette étude prouve le contraire. Les régions où la consommation d’antidépresseurs est la plus faible sont les régions où les couples sans enfants sont les plus rares. De manière plus pragmatique, plus vous faites d’enfants, moins vous déprimez.
De là à dire que nos marmots sont les meilleurs antidépresseurs qui soient, il y a un pas que je ne franchirai pas…

Je vous laisse explorer cette carte réalisée à partir d’un mashup sur woosmap.com. SI vous êtes curieux, un second mashup est également disponible. Il est toutefois difficile d’identifier la cause de l’effet, chacun y trouvera sa propre corrélation, je ne m'y avancerais pas...

L'appli Géo-mobile du mois : UBER

Les applications géo-mobiles se banalisent. Elles utilisent quasiment toutes de la cartographie dynamique, excellent outil d'aide à la localisation. Une bonne solution technologique, capable de répondre aux exigences des concepteurs de ces appli et de leurs clients (cartographie complète et à jour, webservices riches et variés, résilience, performance, interopérabilité, compatibilité iOS et Android, haute disponibilité, ouverture au développement, facilité d'utilisation...) consiste à mettre en oeuvre Google Maps.

Nous présentons donc tous les mois une application géo-mobile, et pour poursuivre l'année 2014, voici pour mars :




J’ai eu récemment l’occasion de tester l'offre de services Uber et je dois bien l’avouer, j’ai été séduit par ce service innovant et je ne manquerai pas d'y refaire appel à l’occasion. Mais Uber, qu'est-ce que c’est exactement ?
Il s’agit en fait d’un service de taxi "de qualité supérieure" disponible notamment sur Paris. Chauffeurs en costume, voitures nettoyées et haut de gamme, bouteille d’eau, bonbons et journaux à bord, service rapide et impeccable, sont les premières particularités d’Uber...
L'application mobile de Uber est disponible sur plusieurs OS mobiles.

En fait, tout commence sur le Google Play ou sur l'Apple Store. On y télécharge l'application mobile de Uber qui s'installe rapidement et se prend en main très vite. En quelques secondes, vous pouvez commander une voiture (celle qui disponible et la moins éloignée) et suivre le cheminement du véhicule pendant votre attente sur une carte Google Maps. Normalement, environ 5 minutes après votre commande, le chauffeur se présente à vous et vous ouvre la porte du véhicule noir haut de gamme qu'il conduit ! Il vous accueille à bord avec un sourire et vous propose de l'eau, le journal et des bonbons...

L'application mobile de Uber est simple et efficace.

Mais revenons à l'application mobile. Depuis l’application Uber, il est donc possible de commander un taxi via une interface qui vous géolocalise en direct. Mais il est aussi possible de le commander pour un lieu différent. On peut également très facilement appeler le chauffeur, pour lui donner des précisions si besoins. Sur la carte, on voit aussi les voitures Uber qui circulent dans la zone. Cela permet d’avoir une première idée de la distance qui vous sépare de votre chauffeur et de le voir se rapprocher peu à peu.

Zone d'action du service Uber à Paris et proche banlieue.


Une fois votre commande validée, vous recevrez un SMS de confirmation ainsi que le temps d’attente estimé avant l’arrivée de votre chauffeur. Personnellement j’ai du attendre neuf minutes (ce qui est un petit peu long). Petite information qui a son importance : le temps que met le chauffeur à vous rejoindre n’est pas comptabilisé et ne vous sera donc pas facturé (ce qui n'est évidemment pas le cas avec un taxi classique) !
L’expérience fut parfaite : berline Peugeot 408 noire toute propre (il arrive d'avoir une Mercedes ou une BMW haut de gamme), bouteilles d’eau et un chauffeur attentionné que je remercie d’ailleurs pour sa sympathie. Il notera ses passagers et ses passagers le noteront en retour. Si plusieurs chauffeurs donnent plusieurs mauvaises notes au même passager, il sera exclu de l'abonnement. Idem, si plusieurs passagers se plaignent d'un chauffeur, il se verra exclu du groupement Uber.
Quant aux tarifs pratiqués, ils sont à peine plus élevés qu'un trajet en taxi classique, mais le service est clairement au-dessus. En théorie, Uber est plus rapide à vous rejoindre qu'une compagnie de taxi classique, mais évidemment cela dépend de facteurs parfois impondérables... Par ailleurs, le prix de la course est directement débité de votre compte bancaire préalablement enregistré lors de votre inscription à Uber. Une facture détaillée vous est adressée par email, récapitulant tout un ensemble d'éléments, le tout accompagné d'une Google Maps de l'itinéraire emprunté.

Il ne vous reste plus qu'à tester ce service ! ON TO GOOGLE MAPS ;-)

lundi 24 mars 2014

Le chiffre "Géo Cloud" de la semaine !

Le chiffre "Géo Cloud" de la semaine est :


>19 000 ans
C'est le temps qu'il me faudrait pour vous présenter tous les sites internet utilisant Google Maps,
à raison d'un site par semaine.


En fait, Google Maps est déployé sur plus d'1 million de sites internet à travers le monde. En 10 ans, c'est devenu la référence de la cartographie 2.0 pour le grand public et pour les entreprises. Cet ensemble de webservices couvre la planète tout entière à l'aide d'une interface extrêmement épurée et une charte graphique très efficace. La nouvelle version de Google Maps offre de nouvelles fonctionnalités qui en font déjà un cru exceptionnel !

C'est aussi cela le Géo Cloud !

dimanche 23 mars 2014

La carte du dimanche - Les vols perdus...

...ce n’est finalement pas si rare que cela !


Bien que le sujet ne soit pas d’une grande légèreté, il fait l’actualité du moment. La disparition du Vol MH370 met en évidence une situation étonnante, à l’heure où nous voyons l’origine de l’univers, où nous pouvons écouter le monde entier, nous arrivons à perdre un avion lors d’un vol régulier.


Même si comme le montre cette infographie, cette situation ne serait pas si anecdotique que cela, le doute subsiste.


Depuis 1946, ce sont 83 avions qui ont été recensés comme perdus par l’Aviation Safety Network. Toutefois, à bien y regarder, la majorité des avions disparus sont de taille moyenne voire réduite (13 passagers en moyenne). Les zones géographiques concernées sont souvent propices à des évènements climatiques pouvant expliquer les disparitions. Et les moyens techniques à l’époque de certaines disparitions sont de très loin inférieurs à ceux dont nous disposons aujourd’hui.


Ce qui rend finalement cette disparition si exceptionnelle, est bien la taille de l’avion, les moyens à notre disposition aujourd’hui et l’absence de trace (à vérifier ce WE) même après 13 jours de recherche.

Vous retrouverez sur cette infographie certains évènements qui nous ont touchés plus directement comme le vol AF447 Rio-Paris (juin 2009), mais également le vol 571 Fuerza Aérea Uruguaya (octobre 1972) qui a fait l’objet d’un livre dans les 70’s, puis d’un film dans les années 90.

Nous avons beau cartographier la Terre sous toutes ses coutures (satellites, drônes, ballons...), elle est finalement bien plus vaste que nous le pensons...

Par Jérémy (bienvenue à toi sur GeoByTheCloud !).

dimanche 16 mars 2014

La carte du dimanche - Surcharge Municipale

Grâce aux données exclusives de Withings, et à l'occasion des Elections Municipales françaises, cette dataviz vous propose une expérience interactive inédite : l'opération Surcharge Municipale

Quelle ville de France souffre le plus d'obésité ? 
Où a-t'on le plus de chances d'être dans une forme athlétique ? 
Qu'est-ce qui explique ces disparités ? 
Comment les candidats vont-ils aborder ce dossier de santé publique en cas de victoire ?

Il y manquait... une carte!




Découvrez aussi les données et des indicateurs qui permettent de comprendre le phénomène dans cette application web interactive et très pédagogique: http://www.withings.com/surchargemunicipale/

"Lu dans la presse"

Voici une petite sélection d'articles lus ça et là ces dernières semaines dans la presse IT et qui ont retenu notre attention...



Google lance un observatoire mondial de la déforestation
Un article de Boursorama sur une nouvelle initiative de Google...


Google rachète un terrain de la NASA
Un article de Printf sur une nouvelle acquisition d'une filiale de Google...


Projet "TANGO" : Google dévoile son idée de cartographie 3D pour smartphones
Un article du Huffington Post sur une innovation pour la cartographie 3D...


The path of the Olympic torch in Google Earth
Un article du Google Earth Blog sur le parcours de la flamme Olympique...


Google réalise sa plus grosse acquisition en Europe
Un article des Echos Business sur l'acquisition par Google de DeepMind...

Now you can enjoy Google maps tagged with climate data
Un article d' ARS Technica sur la disponibilité de données climatiques dans Google Maps...

Using Google Earth to predict light conditions
Un article du Google Earth Blog sur la simulation de l'ensoleillement avec Google Earth... 

mercredi 12 mars 2014

Un bel exemple de morphodynamique fluviale


Quand j'ai terminé mes études de géodynamique et de géomorphologie, mes camarades et moi avions un solide bagage sur un thème fascinant : l'hydrogéographie. Nos cours de mécanique fluviale résonnent encore, sous la direction experte du Professeur Bravard, surement l'un de nos meilleurs spécialistes en la matière...

20 ans plus tard, je retiens qu'un fleuve est comparable à un être vivant et qu'il réagit aux stimulis qu'il peut subir avec le temps, notamment sous la pression anthropique.

Je me souviens avoir étudié en détail les caractères des fleuves, rivières et autres torrents comme l'Oise, la Marne, le Rhône, l'Ain, le Fier, le Malnant... Nous étudions les formes, les débits, les pentes, les taux de sinuosité... et de nombreux autres indicateurs.
Je me souviens également avoir fait des simulations cartographiques d'évolutions de méandres, modélisant la migration et les recoupements des chenaux, des lobes et des différents bras.

Voici en provenance de mes archives, un exemple de ces travaux vieux de 20 ans et dont l'objectif principal était de comprendre la métamorphose de l'Ain, dans la région de Mollon. Tout un programme...



De nos jours, les technologies offertes par Google Earth et Google Earth Engine permettent facilement de "rejouer" la métamorphose d'une rivière ou d'un fleuve. En voici un exemple splendide que je souhaitais vous partager : celui d'un affluent de l'Amazone, le Rio Ucayali près de la Cordillère des Andes, au Pérou.

river moving
Métamorphose (entre 1984 et 2012) du Rio Ucayali, vue par Google.

mardi 11 mars 2014

Lancement de Google Maps Gallery

Google vient d'ouvrir à tous sa Google Maps Gallery (GMG), une nouvelle plateforme Géo Cloud cartographique mondiale, extrêmement puissante et sans équivalent. C'est une véritable cartothèque 2.0 !

D'un point de vue technologique, GMG repose sur la désormais célèbre plateforme Google Maps Engine, et propose des fonds cartographiques et des cartes accessibles facilement comme avec Google Maps.

Le géant de Mountain View permet ainsi à quiconque, particuliers, TPE, PME, organismes divers du secteur privé comme du secteur public (gouvernements, collectivités, entreprises mais aussi étudiants, chercheurs, associations, organisations à but non-lucratif et structures d'éducation...) de consulter et de mettre en ligne des cartes personnalisées mais aussi de les partager directement pour qu'elles soient accessibles aux autres internautes.

Mais surtout, la puissance de son moteur de recherche peut maintenant s'exprimer pour que tout un chacun puisse (re)trouver ces cartes via Google.com, Google Maps ou Google Earth.




Le principe de fonctionnement de GMG est simple : mettre à la disposition du grand public mais aussi des entreprises, des données de toute nature, dont le plus souvent des données mal exploitées ou non exploitées.

Pensons que moins de 25% des données existantes dans le monde sont prêtes à être exploitées...

GMG donc, se veut être la plateforme universelle pour le partage et l 'exploitation de ces données, sous forme de cartes détaillées. En effet, "une carte valant mieux qu'un long discours", cet outil reste universel et particulièrement expressif. La carte est en effet un excellent élément de synthèse, d'aide à la décision. Bien plus efficace qu'un tableau par exemple.

Utilisant Google Maps et Google Earth comme bases cartographiques, comme moteurs de diffusion et comme outils d'utilisation banalisés, ce nouveau service de Google fait en fait office d'atlas proposant à tous, des cartes interactives multiples aux thèmes et contenus extrêmement riches et variés. Le tout couplé au puissant moteur de recherche que tout le monde connaît bien.

Dans la lignée de Google Maps Engine Pro, plateforme Géo Cloud personnelle sortie en octobre dernier et permettant aux organismes de toute nature d’éditer facilement des cartes (permettant également d’intégrer des données externes et de partager le tout), GMG apparait être un outil complémentaire, professionnel et grand public, prolongeant et enrichissant ce webservice.

GMG permet en effet aux créateurs de cartes personnalisées, une mise en ligne et un partage simplifiés pour un maximum d'efficacité.


Les 10 thèmes disponibles

Fonctionnant comme une cartothèque interactive dans laquelle les internautes peuvent venir déposer, consulter et prendre les cartes,
GMG vous permettra également de noter les cartes en fonction de leur intérêt et de leur pertinence, et donc d’établir et/ou d'obtenir un classement de celles-ci.


Cette fonctionnalité de scoring très utile, le sera plus encore dans quelques années, quand la cartothèque contiendra des millions de cartes...

Si une carte vous intéresse et que vous souhaitez, à votre tour, la partager, rien ne vous empêche de l’intégrer à une page Web, par exemple. Et si vous avez construit une carte que vous souhaitez partager, là encore, GMG sera la

S’il est vrai que la cartothèque de Google n'est pas encore très fournie - GMG vient tout juste d'être lancé -, il est permis de penser qu’elle sera très vite enrichie de nombreux contenus. Déjà la NASA, l’IGN, Astrium et bien d'autres encore comptent parmi les premiers contributeurs de ce nouveau service accessible à tous. Ces organismes ont injecté de très nombreuses cartes dont certaines absolument magnifiques. On y trouve même des cartes de la planète Mars !

Je parie que de nombreuses autres organisations du monde entier, viendront très vite grossir les rangs de ces premiers contributeurs et poursuivre ainsi une vision innovante et moderne de la cartographie 2.0 !


Les fonds de cartes IGN pour la France



Les Blogs officiels de Google


Quelques articles de la presse française

Quelques articles de la presse américaine