mardi 1 avril 2014

Comment la France de 2007 a voté en 2014 ?

C’est en lisant un article de SIPublic.info (article payant) que j’ai eu l’idée de m’intéresser aux communes qui votent avec une machine électronique. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le plus difficile ne fût par de faire les cartes mais de trouver une liste des communes qui utilisent ce procédé à priori moderne, mais dont l’utilisation semble être remise en cause d’après l’article de SI Public mais aussi par Politis. Le sujet préoccupe également nos parlementaires puisqu’en 2012 un sénateur a posé la question au Ministre de l’Intérieur de l’époque et désormais nouveau Premier Ministre.


J’ai trouvé une liste des communes équipées du dispositif, mais je dois bien l’admettre, les données datant de 2007, il est certain que ces données ne sont pas les plus à jour. J’ai bien tenté de contacter le Ministère de l’Intérieur et l’Observatoire du vote, pour accéder à un document plus récent et fiable, en vain. Idem chez Etalab pourtant bien pourvu dans ce domaine.
C’est donc avec une liste de 80 communes que j’ai collecté et analysé les données des élections municipales des 23 et 30 mars 2014. Je vous propose un point de vue inédit sur les élections : Comment la France de 2007 a voté en 2014 !
32 listes de droite remportent l’élection dès le premier tour contre 5 pour les listes de la gauche. Il est à noter qu’Orange tombe dans l’escarcelle de l’extrême droite dès le premier tour.



Résultats du 1er tour
38 des 80 communes ont élu leur maire au 1er Tour du scrutin, soit 47,5% des communes équipées de machine à voter en 2007. La carte permet de mettre en évidence une meilleure participation pour les communes situées à l’ouest d’un axe Rennes-Nice par rapport à la participation nationale (61,38%), mais dans l’ensemble les machines à voter ont vu moins d’électeurs que sur l’ensemble du territoire avec une participation moyenne de 58,63%. C’est en région parisienne que l’on trouve les taux d’absention les plus élevés avec les communes de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne qui oscillent entre -7,97% pour Le-Perreux-Sur-Marne et -22,43% pour Stains.

Participation 2nd tour
La participation au deuxième tour est plutôt en retrait (60,14%) par rapport au taux de participation national (63,7%), ce qui se remarque assez nettement sur la carte. On note également peu d’évolutions concernant la participation entre le 1er et le 2ème tour, Ploemeur (Morbihan) a connu une plus grosse baisse de fréquentation avec -7,39% par rapport au 1er tour.


La France des machines à voter de 2007 sera administrée par des élus de droite pour 80% d’entre-elles. La gauche sera aux commandes d’un peu moins d’1/5eme des villes (18,75%) et la ville d’Orange sera la seule ville entre les mains de l’extrême droite ce qui représente 1,25% des communes équipées de machines en 2007.

Anecdote : La ville de Noyon en plus d’être équipée d’une machine à voter, avait la particularité d’être le siège d’une lutte fratricide au second tour du scrutin puisque les listes conduites par Gérard et Patrick Deguise se sont disputées les suffrages des Noyonnais. C’est finalement la liste de Patrick (Socialiste) qui a devancé celle de Gérard (UMP).


Conclusion
La France de 2007, n’a pas voté différemment de celle de 2014. La performance des listes de droite est incontestable, on peut même parler de vague bleue sur l’ensemble du territoire, la gauche ne parvenant qu’à sauver quelques mairies principalement sur un grand quart nord-ouest de la France. On observe cependant que les listes d’extrême droite sont moins représentées dans la France de 2007 que celle de 2014.

Par Cédric Brun.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire