mardi 30 juillet 2013

Les vacances !

Ca y est ! C'est le moment de prendre un peu de repos et de vous revenir tout frais dans quelques semaines. Au programme : Pays Royannais. Alors en bon addict du web j'ai tapé "royan" dans mon navigateur, sur ma tablette. Sans effort je suis tombé sur cette application de Royan Tourisme toute simple où l'on peut trouver les services qu'offre la ville au touriste de base comme moi.

royan.mobi


Le graphisme est assez basique. Ce que j'aime bien dans cette application ?
C'est simple et pragmatique car cela doit être accessible au commun des mortels :

1) C'est un site web, pas besoin de télécharger une app sur un store. Ca tombe bien, je suis en vacances !

2) Pas de carte par défaut ! Vous allez penser que je suis vraiment en vacances... Mais dans cette application, on vous donne l'information la plus importante : "qu'est-ce qui est le plus proche du lieu ou je me trouve ?". Pour les gens qui ne peuvent pas se passer de cartes comme moi, on propose la fameuse Google Map avec des punaises, quand même.

3) Les web-cams et la météo pour décider, sans se déplacer, du meilleur spot pour planter son parasol ou descendre quelques vagues en surf...

Très bonnes vacances pour ceux qui n'en ont pas encore eu cette année !

À mon retour, j'aurai le plaisir d'accueillir Gilles Dawidowicz, dans GeoByTheCloud. Welcome Gilles !


dimanche 21 juillet 2013

La carte du dimanche

Cette semaine, en mettant à jour les apps mon Iphone, j'ai obtenu la nouvelle version de Google Maps pour iOS.

OKmaps!



Super clin d'oeil aux Google Glass que tout le monde attend. La géolocalisation sera une des applications les plus importantes en réalité augmentée. En tapant OKmaps dans la recherche, vous mettez en cache la zone de carte que vous avez à l'écran. C'est bien pratique quand on est dans des zones ou on capte moins bien la 3G. On ne peut pas encore calculer un itinéraire en off-line mais on sent que ça va venir...



La nouvelle cartographie pour tous (et pas seulement pour la Beta de Google Maps)




Cette nouvelle cartographie est vraiment très agréable, aérée et toujours plus lisible! Voici les points que j'apprécie le plus :

  • un très beau gradient sur le bord des côtes maritimes mais aussi sur les fleuves, ce qui soulage un mon cerveau quand je cherche un lieu sur la carte proche de l'eau,
  • moins de jaune! à toutes les échelles la hiérarchie des routes est beaucoup plus claire donc on perçoit plus rapidement le réseau routier principal,
  • des icônes modernes et facilement lisibles pour les points d'intérêts

Le menu de recherche s'étoffe avec des suggestions




Vous pouvez maintenant explorer les services à proximité de votre localisation. L'interface est très graphique. La recommandation repose sur les avis des utilisateurs. Sur les grandes zones urbaines, on trouve pas mal d'avis, c'est un peu plus léger dès que l'on sort des villes principales de France.

Et enfin... Google Maps sur mon Ipad!!

jeudi 18 juillet 2013

L'Alpe d'Huez c'est pour aujourd'hui : WAHOU !


Voici le profil de la course du jour que vous pouvez retrouver le le site du Tour de France à la page de l'étape 18.

Ce graphique des altitudes est assez similaire à celui que nous observons sur la plateforme WGS Portal ces dernières semaines... Hier nous avons passé le cap symbolique du million de visites en une journée sur notre plateforme géographique!

Cette étape du Tour, risque d'être la plus suivie sur internet car tout peut se jouer sur les pentes de l'Alpe d'Huez. En plus de l'enjeu sportif pour cette manifestation qui rassemble le une des plus grosses audiences au monde, je vois 3 facteurs amplifiants le trafic :

  • encore beaucoup de nos concitoyens sont encore au travail et vont donc suivre la course devant leur écran d'ordinateur,
  • une très grosse part du trafic provient aussi de l'étranger, ou le Tour passionne (USA, Asie, Australie),
  • une explosion de la consommation d'informations sur le téléphone mobile avec les applications du Tour sur iOS et Android.
Pour ceux qui souhaitent se placer au meilleur endroit dans les lacets de l'Alpe d'Huez, vous pouvez aussi vous installer virtuellement au bord de la route et suivre la position de la tête de course temps réel en 3D grâce aux technologies Google Earth intégrées dans WGS Portal. Rendez-vous sur cette application de France Télévisions qui permet de suivre en live les données et la carte de la course du jour.



Alors servez-vous une boisson bien fraîche, laissez-vous glisser dans votre siège de bureau, installez-vous devant votre télé avec votre tablette sur les genoux ou suivez la course depuis votre serviette... Ce n'est pas souvent qu'on peut vivre un événement comme celui-là, en direct, sur une application du Géo Cloud!

Tous à vos écrans, les équipes de WGS sont sur le pied de guerre pour vous faire profiter à distance de l'étape la plus mythique du 100ème Tour de France!



dimanche 14 juillet 2013

La carte du dimanche

En ce jour de Fête Nationale, je me suis demandé quelle carte proposer pour la carte du dimanche. Je me suis alors posé la question suivante : à quoi ressemblait la France en 1789?
Mes cours d'histoire étant un peu loin, je suis géographe donc ça n'arrange pas les choses, et ma fille étant encore au programme du moyen-âge, je suis allé chercher la réponse sur Internet...
J'ai trouvé cette page très intéressante qui explique la mise en place en 1789 d'une géographie de la France que nous connaissons tous : la France des départements.

Cette carte du dimanche n'est donc pas une carte du Géo-Cloud et pourtant elle représente le passage dans la France moderne, celle que nous connaissons aujourd'hui, ou presque. A vous de chercher les différences...

Les 83 départements de 1789 à 1792
Carte extraite de The historical atlas by William R. Shepherd (1926)


Très bonne semaine.

samedi 13 juillet 2013

Merci !

Merci Gaetan d'avoir fait ce bout de chemin pour Geo By The Cloud!
Je vais essayer de prendre la suite, le plus assidument possible, pour partager ma vision du Géo Cloud avec les lecteurs de ce blog.

Bon vent !

vendredi 12 juillet 2013

Passage de témoin pour Geo By The Cloud

Depuis janvier dernier, j'ai essayé de vous informer régulièrement de l'actualité du monde des SIG et du Géo-Cloud avec parfois des focus sur quelques uns des thèmes qui faisaient partie de mon quotidien chez Web Geo Services. Aujourd'hui, mon horizon professionnel évolue et m'amène à passer le relais sur ce blog que je n'aurais malheureusement pas le temps de poursuivre. 


Cependant, Geo By The Cloud ne meurt pas. Je passe la main à mon collègue et ami Jean-Thomas qui va poursuivre l'aventure de ce blog. Pour ma part, je n'abandonne pas l'idée de communiquer autour des technologies du géospatial, bien au contraire. Après quelques semaines de vacances, j'aurais l'occasion de reprendre une activité de blogger sous d'autres cieux...

mercredi 10 juillet 2013

Des couches plus dynamiques pour Google Maps Engine

J'ai évoqué à plusieurs reprises sur ce blog les nouvelles capacités offertes par Google Maps Engine pour publier, sous la forme de services web, les données géospatiales de l'entreprise. Ces services de cartes sont conçus et diffusés par la plateforme de Cloud de Google via une interface d'administration permettant aux administrateurs de charger leurs données et de concevoir les couches et les cartes (symbologie, filtrage, fiches contextuelles, …). Les développeurs peuvent accéder aux données à l'aide d'une API Rest sur ces services web et peuvent également afficher les couches et les cartes Google Maps Engine à l'aide de l'API Google Maps.

Exemple d'application exploitant des couches Google Maps Engine

Jusqu'à présent, le rendu de ces couches (MapsEngineLayer) était réalisé par les serveurs de Google Maps Engine et acheminé dans Google Maps sous la forme de tuiles. Très performante pour l'affichage de données, surtout pour de gros volumes, cette méthode ne permet pas la modification interactive du rendu d'un objet de la carte en fonction d'un événement (mouseover, click, doubleclick,…) ou en fonction d'un attribut de cet objet. Pour cela, les développeurs devaient en parallèle accéder aux données via des requêtes HTTP Rest qui, pour mémoire, permettent la lecture et l'écriture de données dans les couches Maps Engine.

Depuis fin juin, une nouvelle option est proposée aux développeurs pour accéder à la géométrie des objets et manipuler, coté client, leur rendu. En effet, une classe DynamicMapsEngineLayer a été ajoutée dans la version Experimental de l'API Google Maps pour exploiter en mode vectoriel les couches Google Maps Engine. Le développeur peut alors prendre en charge des événements d'interaction avec chaque entité (mouseover, mouseout, click, doubleclick,…) et modifier dynamiquement le style de chacune d'elle. Cela permet par exemple de mettre en surbrillance l'entité actuellement survolée par la souris ou de gérer une notion de sélection de plusieurs entités en les affichant d'une couleur particulière.

Exemple d'utilisation des styles avec les DynamicMapsEngineLayer

Cette nouvelle méthode d'accès aux couches Google Maps Engine permet également d'appliquer des symboles dynamiquement (c'est à dire coté client) en fonction des valeurs d'un ou plusieurs attributs. Dans l'exemple ci-dessous, une couche Google Maps Engine des départements est utilisée dans un tableau de bord supervisant un réseau d'agences immobilières. Ces derniers sont coloriés à la volée en fonction des critères d'analyse définis par l'utilisateur (type de bien immobilier, période d'analyse, indicateur à cartographier, nombre de classes, …).




Si le sujet vous intéresse, vous pourrez vous référer à cet article du blog Google Geo Developers.  Pour terminer, on pourra noter que cette nouveauté sera intégrée dans la version Release de l'API Google Maps, le 15 aout prochain.

lundi 8 juillet 2013

Carto 3D, les exemples de Chrome Experiments

Depuis plusieurs mois, je m'interesse au projet Chrome Experiments de Google qui met en valeur à la fois la puissance des technologies HTML5 (Canvas, SVG et WebGL entre autres) et l'implémentation de ces technologies dans son navigateur: Chrome. A travers un portail dédié, Google propose des librairies et des d'exemples d'applications d'une qualité graphique et d'une originalité assez remarquables.

Parmi ces composants, la librairie three.js régulièrement évoquée sur ce blog est une des plus intéressantes. Celle-ci permet de prendre en charge l'affichage d'objets en 3D dans un navigateur web de manière performante et surtout sans nécessiter de plugin. Très souvent utilisée pour créer des scènes graphiques en 3D, cette librairie peut également avoir de nombreux usages en cartographie. Ci-dessous, 3 exemples particulièrement impressionnants (à afficher avec une version récente de Chrome).

Metropolitain

Une application cartographique interactive permettant de connaitre pour une station de métro et une heure donnée, la proximité de cette dernière vis à vis des autres stations. La position des stations et la forme des lignes varient selon leur niveau de proximité à la manière d'une anamorphose, le tout en 3D.



Planimator

Une application cartographique retraçant, sous la forme d'une animation, l'historique de projets d'aménagement sur une agglomération. Les sphères 3D ont une taille correspondant au nombre de projet et les couleurs correspondent aux type de projets. L'objectif de la carte est de montrer les zones dynamiques en terme de développement urbain.



Small Arms and Ammunition Import-Export

Cette application montre les activités d'import et d'export d'armes et de munitions des principaux pays du Monde. Visuellement très efficace, le globe interactif permet d'afficher les flux d'import/export correspondant au filtre définit par l'utilisateur (par pays et par année)




dimanche 7 juillet 2013

La carte du dimanche

La carte que j'ai retenue cette semaine relate une bataille qui a fait date dans l'histoire des Etats-Unis durant la guerre de sécession, la bataille de Gettysburg. Cette bataille, qui s'est déroulée du 1er au 3 juillet 1863, a été la plus meurtrière de cet épisode important de l'histoire américaine. Elle est également notable d'un point de vue militaire avec un enchainement de plusieurs stratégies de placement et de déplacement de troupes qui conduira les sudiste à capituler devant les troupes nordiste. 

Le site smithsonianmag.com a publié une cartographie interactive retraçant ces 3 jours de combats en montrant les positions successives des troupes et les explications associées. L'application propose une interface de navigation chronologique directement liée à la cartographie ce qui permet de suivre et de comprendre l'évolution des événements. Un fond de carte spécifique a été créée pour reconstituer la topographie de l'époque mais l'utilisateur peut afficher un fond d'imagerie aérienne actuel pour mieux se repérer.


Techniquement l'application, hébergée par Esri, a été développée à partir d'un modèle d'application web ArcGIS de la gallerie Story Maps puis personnalisé à l'aide de l'API ArcGIS for JavaScript. 

samedi 6 juillet 2013

En bref cette semaine...


Comme chaque semaine, vous trouverez ci-dessous une liste évidement subjective et incomplète des news du monde de la cartographie et du geospatial:

Vous aimez les vues immersives Google StreetView et vous souhaitez que certaines zones de votre territoire soit couvert, et bien faite le. C'est ce que propose désormais Google à travers un nouveau programme "Google Street View Trekker Project" qui permettra aux organisations non-commerciales, aux organismes publiques et aux structure de recherche, de disposer du matériel nécessaire pour réaliser les prises de vue et les faire traiter par Google. On notera que les scènes ainsi collectées resteront la propriété de Google. Il reste donc aux organisations à déterminer si le fait de faire travailler gratuitement vos équipes pour Google en échange d'une infrastructure et d'une visibilité mondiale est un deal acceptable. Ce nouveau type de modèle économique est de plus en plus courant, y compris dans le monde de l'OpenData, le débat est donc ouvert.

Pour plus d'information sur cette initiative, se référer à cet article du blog Google Lat-Long.






J'ai plusieurs fois évoqué les rendus cartographiques associés au Tour de France 2013 avec en particulier une qui me tiens à coeur à savoir celle du site web et des applications mobiles officielles réalisées à partir de technologies Web Geo Services et Google.

Une autre manière de représenter cartographiquement chaque étape c'est de tracer géographiquement les photos prises par les spectateurs de la grande boucle. C'est ce qu'a fait la société GeoFeedia, en partenariat avec Esri, pour proposer une cartographie en live des photos et publiées sur Instagram (Facebook). Vous la retrouverez dans la rubrique Photo-Live sur le site de France TV Sport.



Apple n'a finalement pas racheté la société collaborative autour de l'information aux autoobiliste Waze, acquise il y a quelques semaines par Google. Cependant, il semble que la firme de Cupertino ai décidé de poursuivre ses développements pour offrir à ses utilisateurs une plateforme collaborative d'info-traffic en lien avec l'application Apple Plan. C'est en tout cas ce que note plusieurs articles de la presse spécialisé comme celui-ci  de ZDNet ou de CNET après un récent dépot de brevet de la part d'Apple.

Utiliser une carte papier pour vous repérer dans Londres, Berlin ou New-York ne vous parait plus possible depuis que vous disposez de votre Google Map ou Apple Plan sur votre téléphone. Et bien, vous changerez peut être de point de vue en découvrant les Zoomable Maps de la société map² qui a élaboré une méthode (brevetée), qui permet d'avoir simultanément, sur le même support, une vue générale de la ville et des cadrages plus détaillés par un simple dépliage. A découvrir sur leur site web.






Et pour finir en sourire, comme chaque semaine, une scène insolide de la vie quotidienne capturée par Google Street View dans les studios Londoniens du tournage d'Harry Potter (voir cet article):


  
Agrandir la vue StreetView


Bon Week-End...

jeudi 4 juillet 2013

Cartographier la thermographie et le potentiel solaire

Il y a deux semaines, j'évoquais sur ce blog une application très intéressante sur la ville de Cambridge (près de Boston) proposant d'analyser le potentiel solaire des toits des différents bâtiments de l'agglomération. En France aussi, de plus en plus de collectivités proposent au grand public une information détaillée sur les qualités thermiques de leurs habitations (pour les encourager à prendre les mesures d'isolation adéquat) mais aussi sur le potentiel solaire de leur bâtiment, tout cela sous la forme de cartes. Je vous propose aujourd'hui l'exemple de la communauté d'agglomération du Grand Paris Seine Ouest (GPSO) qui vient de mettre en ligne deux applications cartographiques interactives permettant d'une part de consulter la thermographie aérienne des différents bâtiments du territoire et d'autre part d'accéder aux informations relatives au potentiel solaire de ces bâtiments. 


Ces applications éco-citoyennes permet aux particuliers et les entreprises de prendre conscience des éventuelles pertes de chaleur de leur bâtiment afin de les encourager à réaliser les travaux nécessaires. Une fois les travaux d'isolation réalisés, les propriétaires peuvent utiliser la cartographie du potentiel d'ensoleillement pour décider d'une étude plus approfondie en vue d'installer des panneaux solaires.


D'un point de vue technique, ces cartes ont réalisées et publiées à l'aide de la plateforme de cartographie en ligne WGS Portal. Les cartes sont basées sur des fonds de cartes standards de la plateforme (Google, OpenStreetMap, MapQuest, ...) mais aussi des fonds de cartes propres à GPSO. Les données métiers (thermographie et potentiel solaire) sont basés sur des caches calculé à l'aide d'ArcGIS Server.