vendredi 31 mai 2013

Un relooking pour le fond de carte Google Maps

Depuis presque 8 ans, l'API Google Maps est utilisé par des milliers de développeurs et de webmasters dans le monde pour ajouter des informations géographiques dans leurs applications et leurs sites web.  Aujourd'hui, Google revendique 1 millon d'applications et de sites actifs exploitant l'API Google Maps ce qui correspond à un milliard (en moyenne) de visiteurs uniques par jour. Avant l'arrivée de la nouvelle version de Google Maps, Google propose un relooking de son fond de carte routier à la fois pour moderniser sa charte graphique et améliorer la visibilité, tout cela sans le moindre impact sur les développements existant.

Les principales évolutions concernent les points suivants:
  • Une nouveau fond de carte (nouvelles tuiles) avec des tons plus pastels et des icônes de POI plus homogènes
  • Un nouveau marker symbol par défaut
  • Un nouveau style pour l'info window
  • Un style légèrement modernisé pour les contrôles

Ce nouveau look est exploitable dès maintenant en ajoutant une simple ligne dans votre code:
google.maps.visualRefresh=true;

Une liste complète des évolutions se trouve ici

On notera enfin que ce nouveau style sera celui par défaut dans la prochaine version "experimental" de l'API Google Maps en août prochain, pour être intégrée comme option par défaut dans la version "release" en novembre.

Pour vous permettre de comparer l'ancien et le nouveau, je vous propose l'application suivante: 
   

jeudi 30 mai 2013

Une nouvelle version pour Google Maps

J'avais eu l'occasion de l'évoquer rapidement sur ce blog, il y a deux semaines, une version majeure de Google Maps est en préparation chez Google. Depuis quelques jours, un accès en évaluation est ouvert à ceux qui en font la demande et qui souhaitent, comme je viens de le faire, découvrir en avant première cette nouvelle mouture de l'application de cartographie en ligne la plus utilisée dans le monde.


Les évolutions de Google Maps sont notables à plus d'un titre. Tout d'abord parce qu'elles concernent à la fois l'ergonomie, les fonctionnalités, les contenus mais aussi l'intégration avec d'autres applications comme Google Maps Engine Lite (disponible depuis quelques semaines) ou les versions Mobile (iOS et Android) de Google Maps.

Ensuite, cette évolution de Google Maps révèle un changement de génération dans la cartographie grand public avec une notion de carte qui évolue pour être plus personnelle et plus collaborative. Désormais, vos cartes Google Maps vont évoluer et se personnaliser automatiquement en fonction de ce que votre contexte d'utilisation (de ce que vous voulez faire)… très intéressant.

Enfin, même si c'est visible du grand public, ces évolutions correspondent aussi aux nombreuses avancées récentes de Google dans la fourniture d'API Geospatiales à destination des entreprises (notamment l'écosystème des APIs Google Maps for Business et Google Maps Engine).

Je reviendrai prochainement sur les nouvelles capacités de l'offre géospatiale aujourd'hui très complète de Google pour les entreprises. Mais en attendant, faisons un premier tour des avancées de cette nouvelle version de Google Maps qui devrait être publique au mois d'août prochain.


Place à la carte

Ce qui est d'emblais remarquable dans cette nouvelle version c'est l'importance réservée à la carte. Désormais, elle occupe la totalité de l'espace disponible et les éléments d'interface (zone de recherche, itinéraires, photos, vues immersives, fonds de carte...) sont minimisés et s'incrustent dans la carte.


La carte elle-même évolue; elle est maintenant beaucoup plus sobre par défaut en affichant un fond de carte avec des tonalités moins contrastées, moins de toponymes, moins de bâtiments aux petites échelles ainsi que des POI (points d'intérêts) avec des figurés plus homogènes.

Le fond de carte actuel de Google Maps

Le nouveau fond de carte Google Maps

On notera également l'utilisation d'un nouveau moteur d'affichage et de placement intelligent des toponymes en vectoriel (similaire à Google Maps sur iOS et Android) rendant la lecture de la carte plus continue entre les différentes échelles.

A chaque clic une nouvelle carte

Une approche très intéressante de cette nouvelle version concerne l'ajout d'informations dans la carte selon le contexte de l'utilisateur. Dès que vous cliquerez ou saisirez des éléments, la carte s'actualisera en fonction de ce nouveau contexte. Par exemple, lorsque vous réaliserez une recherche sur le mot "Musée", les résultats correspondant seront automatiquement rajoutés à la carte. De la même manière un simple clic sur une station de métro (ou une gare) affichera automatiquement les lignes desservies passant par cette station. Une fois ajoutés à la carte, les POI peuvent être cliqué par l'utilisateur. En revanche, les informations ne s'affichent plus dans une fiche contextuelle mais dans une zone unique contenant toutes les informations à destination de l'utilisateur. Cette destination unique de toutes les informations (itinéraires, résultats de recherche, fiche d'information,…) est un vraie progrès d'ergonomie.


Désormais, vos trajets, vos recherches ou vos interactions avec la carte permettent l'enrichissement et la personnalisation des informations qui vous seront proposées sur la carte. Par exemple, lorsque vous précisez vos lieux de résidence et de travail ou que vous partagez vos avis sur vos adresses préférées avec certains de vos contacts, l'application exploite ces informations en vous recommandant des lieux que vous pourriez aimer.



Une cartographie plus sociale

En plus de vous proposer une carte personnalisée, cette nouvelle version de Google Maps est conçue pour vous proposer les meilleures adresses dans votre ville ou votre quartier. Les résultats de vos recherches sont affichés directement sur la carte et associées à une brève description et icônes précisant le type d’établissement. Dans le même temps, d’autres lieux similaires recommandés par vos contacts Google+ (par exemple des bars ou des restaurants) apparaissent également sur la carte. Généralement des renseignements utiles comme les horaires d’ouverture ou les notes et les avis laissés par les internautes. Vous pourrez, à partir de la même interface, laisser à votre tour un commentaire sur les sites proposés sur la carte.



Une exploration du monde en images

Un fond de carte, le plus complet soit-il, ne suffira jamais à traduire à lui seul la réalité du contexte géographique exploré. Google l'a compris depuis longtemps avec les vues immersives qui apporte à Google Maps une expérience unique pour découvrir un lieu. Ces dernières sont bien entendu toujours accessibles dans cette nouvelles interfaces à partir d'un carrousel affiché dans la zone inférieure de l'application. Ce carrousel regroupe, au même endroit, les accès vers les vues immersives mais également toutes les images géolocalisées disponibles dans Panoramio. 


Au survol de chacune de ces photos, une ligne de rattachement vous montre sa localisation sur la carte. On retrouve ici une approche similaire aux évolutions récentes de Google Earth 7. Enfin, si ils existent, vous pourrez également accéder à des diaporamas proposés par d'autres utilisateurs.


De la 3D avec un Google Earth sans plugin !

Une des innovations significatives de Google Maps dans cette nouvelle version c'est probablement l'introduction de la navigation dans un environnement 3D. Très proche de l'environnement Google Earth actuel, Google Maps propose une navigation plus simple (en mode oblique selon 4 angles) pour naviguer en 3D au dessus des villes, traverser les canyons, escalader les montagnes ou même nager dans les océans. A l'heure de la rédaction de cet article, les batiments 3D sont en cours de chargement et la seule zone couverte en France est la ville d'Avignon mais vous pouvez tester la zone de New-York pour vous convaincre de la performance de cette nouvelle capacité 3D de Google Maps. 

A la condition d'utiliser un navigateur web récent (c'est à dire implémentant WebGL) vous pourrez basculer à tout moment dans ce mode 3D Google Earth sans installer le moindre Plugin. Elle est pas belle la vie !


Voilà pour ce rapide parcours des évolutions de la nouvelle version de Google Maps qui peuvent encore évoluer dans les prochains mois. Une question se pose désormais pour les professionnels du géospatial exploitant l'écosystème des APIs Géo de Google: quel sera l'impact de cette nouvelle version sur l'API Google Maps, une V4 ?

mercredi 29 mai 2013

Google Maps se met au vélo

Depuis le début de la semaine, vous aurez peut être remarqué que Google Maps propose une nouvelle option à son outils de recherche d'itinéraires pour vous permettre de calculer des parcours à vélo.

Vous trouverez désormais, dans l'interface habituelle de Google Maps, l'option permettant de préciser que vous souhaitez réaliser votre trajet par en mode cycliste.



Au delà de l'utilisation d'algorithmes optimisés pour ce mode de transport c'est également en intégrant à sa base de données cartographique les pistes et les bandes cyclables que Google, en s'associant à des "partenaires locaux", propose désormais cette fonction très intéressante aussi bien en ville qu'à la campagne.


Disponible sur la France, cette nouvelle fonction est également accessible pour l'Allemagne, le Luxembourg, l'Irlande, le Liechtenstein et la Pologne et complète ainsi la couverture existante en Europe (Finlande, Suède, Belgique, Royaume-Uni, etc.) depuis juillet 2012 et depuis 2010 au Canada et aux États-Unis.

Une dernière précision, l'option Vélo de Google Maps n'est disponible pour l'instant que via un navigateur Web ou un device Android, les utilisateurs d'iPhone et d'iPad devront patienter un petit peu.

Plus d'informations dans cet article du blog de Google Europe.

lundi 20 mai 2013

Pour se détendre...

En ce lundi férié pour (presque) tout le monde, un petit clin d'oeil humoristique et géographique avec cette carte européenne de Marge Simpson. Pour ceux qui, comme moi, sont au bureau aujourd'hui...



Cette carte a été reprise dans un viewer WGS Portal, la carte originale a été réalisée en KML et publiée dans Google Maps à cette adresse.

dimanche 19 mai 2013

La carte du dimanche

Même si les rayons de soleil se font rares en ce moment, il est toujours agréable de se changer les idées et de redécouvrir, en cette période de printemps, un peu de nature près de chez nous. C'est l'ambition en tout cas de ce site web cartographique réalisé dans le cadre du programme The Nature Conservancy's Nature Rocks. Cette application permet de rechercher les espaces de nature situé à proximité de chez vous et permettant de pratiquer différentes activités (randonnée, pêche, baignade, camping, zoos, parcs,...). 



L'application basée sur l'API Google Maps permet de automatiquement votre position géographique ou de saisir une adresse. Vous ajustez en suite la distance de recherche et le tour est joué. Vous pouvez même partager vos découvertes avec vos amis via Google+

samedi 18 mai 2013

En bref cette semaine...

Comme chaque semaine, vous trouverez ci-dessous une liste évidement subjective et incomplète des news du monde de la cartographie et du geospatial:

J'annonçais la semaine dernière l'arrivée d'une nouvelle version majeur de l'application Google Maps. De manière synchronisée, Google a annoncé cette semaine la disponibilité de ces évolutions (en mode expérimental aujourd'hui, sortie en final prévue pour aout prochain) dans l'API Google Maps V3. Avec une simple ligne de code, vous pouvez bénéficier dès maintenant de ces évolutions (Basemap, look-and-feel des controles, nouveaux  markers par défaut ....pour l'essentiel). Plus d'infos dans le Geo Developers Blog de Google.


  
A l'occasion de la conférence mondiale Google I/O, différentes annonces ont été faites autour d'Android avec notamment, en terme de géolocalisation, l'arrivée de 3 nouvelles APIs:

  • Fused Location Provider. Il s'agit d'un nouveau mode de localisation censé être plus précis, et tirant parti du réseau cellulaire, du WiFi et du GPS. La principale annonce, très applaudie dans la salle, concerne la consommation électrique, puisque Google affirme que cette API permet une géolocalisation tirant moins de 1% de la batterie par heure. 
  • Geofencing. Cette API va permettre aux développeurs de mettre sur pied jusqu'à 100 points sur une carte, qui permettront, lors d'événements, d'activer des fonctionnalités ou d'aider à la localisation rapidement lorsque l'appareil et son utilisateur entrent dans un rayon proche de ces points.
  • Activity Recognition. Il s'agit cette fois d'une API de reconnaissance du mode de déplacement utilisé en temps réel par l'utilisateur. Qu'il soit à vélo, à pied ou en voiture, le téléphone pourra le savoir, et les développeurs pourront programmer des fonctionnalités se basant sur ce renseignement.

Plus d'infos dans cet article.

Les produits AutoCAD Map 3D 2014, AutoCAD Civil 3D 2014, Autodesk InfraWorks 2014 et Autodesk Infrastructure Map Server 2014 sont maintenant disponibles en français. Plus d'infos sur le blog de Gwenael.

Le site de diffusion sur le Web de vidéos YouTube vient d'annoncer la disponibilité d'une nouvelle fonctionnalité YouTube Trends Maps. Celle-ci permet de visualiser les vidéos les plus populaire selon différents critères: sexe, age et zone géographique. Cette présentation cartographique de la fréquentation du plus grand site de diffusion de vidéos en ligne aura sans nul doute du succès. Je parie que nous aurons rapidement des analyses "géo-socio-comportementales" émergées de ces nouveaux types de rapports. Regrettons tout de même que ceux-ci ne soient disponibles 

Mapbox détaille les caractéristiques de son infrastructure de Cloud et propose une cartographie de ces serveurs.
    
Les spécification des annexes II et III de la Directive INSPIRE sont-elles officielles. Le point sur la question dans le blog de Marc Leobet.
  
A noter cette semaines dans la presse en ligne deux articles illustrant les révolutions en cours dans le domaine du géospatial. Le premier dans le Monde.fr évoquant les nouveaux challenge en termes de constitution des bases de données par l'IGN et sur la cartographie collaborative avec l'exemple d'OSM. Le second article dans LesEchos.fr traitant des nouvelles applications cartographiques mettant en oeuvre des sources de données innovantes comme les réseaux soxiaux, la 3D ou encore les données de localisation des téléphones mobiles.
  
Enfin, pour se détendre, GeoGuessr un jeu en ligne basé sur Google Street View qui consiste tout simplement à trouver la localisation géographique d'un lieu choisi n'importe où dans le monde. Plus vous serez près de la véritable localisation, plus votre score sera important. Bonne chance !


Et pour finir en sourire, comme chaque semaine, une scène insolide de la vie quotidienne capturée par Google Street View (en Estonie):


  
Agrandir le plan

Bon Week-End...

jeudi 16 mai 2013

Cartographier la disponibilité des stations Vélib' en temps réel


En février dernier, la société JCDecaux qui gère le système de vélo partage de plusieurs villes en France (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nantes, Amiens,…) annonçait la mise à disposition de données en Open Data sur ses installations et d'une API permettant d'accéder. Depuis début mai c'est chose faite, les développeurs peuvent interroger un service web REST et récupérer sous la forme de message JSON, les informations en temps réel concernant l'état de chaque station Vélib' ainsi que le nombre de vélos et d'emplacements disponibles. Même si, au final, les données mises à disposition ne sont pas plus riches que celles auxquelles certains développeurs avaient préalablement accès via une simple URL (non-officielle), c'est une véritable API officielle (documentée, supportée, maintenue, …) qui existe désormais.

Chez Web Geo Services, on a voulu tester l'usage de cette API en réalisant une cartographie 2D/3D du réseau des stations parisiennes, à l'aide de notre plateforme de cartographie sur le Cloud WGS Portal. La carte est actualisée automatiquement pour disposer des informations les plus à jour sur chaque station (rafraichissement toutes les 10 minutes). La carte est accessible ci-dessous (ou ici en version plein écran ou sur notre site de démos).


mardi 14 mai 2013

Paris en 3D dans Apple Plans !

En début d'année j'avais eu l'occasion de comparer l'application Google Maps avec Apple Plans (articles ici et ici) et une de mes conclusions était que la différence évidente en termes de contenus devait s'apprécier sur la durée. Aujourd'hui Apple démontre sa volonté de poursuivre l'ajout de contenus et notamment sa cartographie 3D en couvrant, depuis quelques jours, Paris et la petite couronne. Paris rejoint ainsi la vingtaine de villes couvertes par cette fonctionnalité avec une qualité inégalée sur la précision des bâtiments et la représentation des arbres bien supérieure à celle de Google.

La gare Saint-Lazare

En octobre 2011, Apple rachetait la société C3 Technologies afin de disposer d'une technologie de modélisation 3D de villes. Le résultat est la fonctionnalité "flyover" dans Apple Plans qui permet de basculer en vue oblique et d'obtenir (si c'est disponible) une vue photoréaliste des villes avec les bâtiments en 3D… le résultat est tout simplement bluffant !

La Tour Eiffel, La Défense, Le Chateau de Versailles et mon chez moi...


Hyperlapse

J'ai déjà eu l'occasion de le dire sur ce blog, je suis souvent étonné par les usages que l'on peut faire des vues immersives de Google. Depuis quelques semaines, je voulais évoquer le projet Google Street View Hyperlapse qui est pour moi est un des usages les plus impressionnant des vues. Le site web réalisé par le lab de la startup Teehan+Lax met en ligne un service nommé Hyperlapse.tllabs.io qui permet de réaliser en quelques clics votre propre Hyperlapse à partir de vues issues Google Street View.


Pour faire court, un Hyperlapse, c'est un Timelapse mais en mouvement c'est à dire qu'en plus de prendre des clichées à intervalles réguliers d'un même objet, on déplace régulièrement l'appareil de prise de vue pour le faire aller d'un point A à un point B (voir l'exemple ci-dessous):


L'idée géniale est d'avoir pensé à exploiter les clichés de Google pour construire ce type de vidéo. En effet, les photos successives et multi-directionnelles capturées pour construire les vues immersive Google Street View peuvent être assemblées pour réaliser ces animation. La où le travail de l'équipe de Teehan+Lax est vraiment remarquable c'est qu'au delà de nous proposer des exemples de réalisations, ils nous proposent de construire interactivement notre propre Hyperlapse sur le tronçon de voie de notre choix…et ça c'est classe. Vous pouvez faire vous-même en vous rendant sur le site (et à condition d'avoir une machine assez puissante et un navigateur web récent).

Un exemple que j'ai réalisé autour du Viaduc de Millau

Techniquement, le site utilise évidement les librairies Google Maps V3 mais également la puissance librairies d'affichage 3D Three.js et une version modifiée de GSVPano.js (pour les requêtes sur les vues Google Street View). 

dimanche 12 mai 2013

La carte du dimanche

Inspiré par ce long week-end de printemps, la carte de la semaine sera plutôt poétique. J'ai retenue aujourd'hui cette carte de Gilles Esposito-Farèse qui détourne la cartographie officielle de la RATP des lignes de métro et RER parisien en remplaçant les noms des stations par des anagrammes. Un exercice pas toujours évident mais qui aboutit à quelques perles comme par exemple "Créteil Préfecture" qui devient "Le recteur réceptif", "Musée d'Orsay" qui devient "Mur à Odyssée," ou encore "Meudon" qui se transforme en "Un dome" probablement en homage à l'observatoire...


Les bureaux parisien de Web Geo Services se trouve à la sortie de "Cou brillant", je vous laisse retrouver.

vendredi 10 mai 2013

En bref cette semaine...


Comme chaque semaine, vous trouverez ci-dessous une liste évidement subjective et incomplète des news du monde de la cartographie et du geospatial:


Google prépare une nouvelle version de la plus célèbre interface de cartographie sur le web. Google Maps va se voir appliquer son plus important lifting depuis 8 ans. Très largement inspiré de la version mobile (iOS et Android) et de Google Maps Engine Lite, Google Maps perdra sa barre de recherche et son panneau de résultats pour un ensemble de contrôles directement intégrés dans une carte qui occupera l'ensemble de la fenêtre. On notera également l'intégration des photos tours (comme dans Google Earth). D'autres évolutions comme le basculement direct sur le globe  ou l'évolution de charte graphique des basemaps sont également intéressantes, mais je ne peux en dire plus pour l'instant. Le blog Google Operating System donne plus de détails et prédit une sortie la semaine prochaine lors de la conférence Google I/O.


OpenStreetMap lance iD Editor, une nouvelle application en ligne pour alimenter et mettre à jour la plus grande base de données cartographiques collaborative du monde. Développés entièrement en HTML5 et coordonnée par MapBox, l'application (disponible sous GitHub) exploite la librairie de visualisation D3.js pour offrir une expérience utilisateur très agréable. Plus d'excuses désormais pour ne pas contribuer. Plus d'infos dans cet article.


Esri annonce la disponibilité de ses GIS Tools for Hadoop, un ensemble d'outils pour interroger et réaliser des analyses spatiales sur des Big Data gérées avec le framework Hadoop. Ces outils proposent notamment une librairie Java pour disposer d'un type géométrique dans les opérations de MapReduce, une extension à Hive pour l'interrogation et l'analyse spatiale de ces données spatiales, et enfin un ensemble d'outils de géotraitement pour les utilisateurs ArcGIS qui mettent en oeuvre ces deux composantes Hadoop. Le tout est disponible en Open Source sur GitHub.


Mapbox annonce la disponibilité prochaine d'une version 2 du désormais célèbre générateur de basemaps TileMill. Toujours disponible pour Mac, Linux et Windows, il sera doté d'un nouveau moteur vectoriel, et permettra l'utilisation de ses propres polices de caractères ainsi que le chargement de ses propres POI. Ci-dessous la vidéo de l'article qui explique en quelques secondes le principe de TileMill pour ceux qui ne connaissent pas encore.

Mapbox (encore) annonce la sortie de MapBox Earth, une application pour iOS permettant d'afficher en 3D sur un globe interactif les différentes basemaps Mapbox (MapBox Streets, MapBox Terrain, and MapBox Satellite,...). Les développeurs iOS intéressés par ce moteur d'affichage peuvent accéder au code source de l'application.



Il y a quelques semaines l'APUR (L'atelier parisien d'urbanisme) a lancé le portail web grand public CASSINI (Consultation Apur du Serveur Spatial par INternet et Intranet). Il permet aux visiteurs de consulter un ensemble de données de la métropole parisienne, avec les données géographiques de référence (parcellaire cadastral, batiments, PLU, orthophoto..), des plans historiques, des données règlementaires, et à terme des données sociales, économiques,  statistiques, des données environnementales, et  celles liées aux projets d’aménagement. Techniquement, il est basé sur ArcGIS for Server et le générateur d'applications flex arcOpole. Plus de détails sur ce projet ici.



Suite à l'annonce de Microsoft concerant l'ouverture de son service de machines virtuelles (Linux et Windows Server) sur sa plateforme de Cloud Azure, Esri annonce la disponibilité prochaine d'ArcGIS sur la plateforme Microsoft Azure. Après ArcGIs Server for Amazon EC2, il s'agira d'une nouvelle option de déploiement dans le Cloud pour le serveur SIG d'Esri. Pour plus d'infos, se reporter à cet article.
Pour se détendre... Sandy Island, comment l'île mystérieuse s'est retrouvée sur Google Earth ? Le sujet n'est nouveau mais il m'avait échappé en fin d'année dernière.



Et pour finir en sourire, comme chaque semaine, une scène insolide de la vie quotidienne capturée par Google Street View (en Nouvelle-Zélande):


  
Agrandir le plan

Bon Week-End...

dimanche 5 mai 2013

La carte du dimanche

La carte que j'ai retenue cette semaine est une cartographie mondiale des tabous et des entraves à la liberté d’expression. Le projet "Fini de rire", inspiré par le projet "Cartooning for Peace" à New-York, est supporté par Arte et la RTBF dès 2006 et la première affaire des caricatures de Mahomet. Il explore la question de la liberté d'expression à travers ceux qui, en tant que journalistes et artistes, sont à l’avant-garde d’un combat au cœur des enjeux politiques et sociétaux du 21ème siècle : les dessinateurs de presse. Le site web mis en ligne par Arte utilise la cartographie comme un des points d'entrée vers les témoignages de différents dessinateurs des 4 coins du monde.



Techniquement, il s'agit d'une application JavaScript basée sur l'API Google Maps et mettant en oeuvre des fonctionnalités intéressante comme les Styled Maps et les Custom Markers.

samedi 4 mai 2013

En bref cette semaine...

Comme chaque semaine, vous trouverez ci-dessous une liste évidement subjective et incomplète des news du monde de la cartographie et du geospatial:


La société nantaise GeoGarage annonce le lancement d'un service web B2B de cartographie nautique sur l'ensemble du monde. Généré à partir des principaux offices hydrographiques (9000 cartes), le service TMS (Tiled Mapping Service) basée sur le système de coordonnées Web Based Mercator (Google Maps, ArcGIS Online, Bing, OpenStreetMap,...), il est accessible via une API JavaScript pour une intégration simple dans les applications web des entreprises.



La région Guyane a ouvert au public cette semaine sa plateforme géographique en ligne GéoGuyane. Comme ses cousines de métropole, elle réunit un ensemble partenaires (un vingtaine) pour porter à connaissance du plus grand nombre les données produites en Guyane. Implémentant les standards et les normes exigées par la directive INSPIRE, la plateforme a été construite autour des technologies Prodige et GéoSource intégrée par l'entreprise rennaise Alkante dans sa solution Respire.


Le programme arcOpole d'Esri France complète ses outils en fournissant à ses utilisateurs un modèle de données pour intégrer et publier la cartographie des Servitudes d'Utilité Publique. Plus d'informations sur le blog d'arcOpole.

Une version 2.3.1 pour GeoServer. Cette version est le premier pack correctif de la version 2.3.0 sortie il y a quelques semaines.


Deux ans après son ouverture le portail OpenData Montpellier Numérique publie les statistiques sur les thèmes et les formats de données les plus téléchargés. On pourra noter, entre autres, la part importante de téléchargement des données directement géographiques.

Preuve que l'utilisation du SIG bureautique Open Source Quantum GIS se démocratise, les utilisateurs ne sont plus seuls et peuvent désormais accéder à des formations professionnels. Cette semaine deux entreprises font connaître leur savoir-faire en la matière. Tout d'abord InfoSIG Cartographie (basée à Annecy) qui propose deux modules de formation 'Initiation" et "Adaptée". De son coté, la société CartoExpert annonce également la disponibilité d'une série de formations en France et à l'étranger via ce site dédié qui vous donne toutes les informations.


Esri annonce une nouvelle version 3.3 du modèle et du configurateur de son Viewer Flex ArcGIS. Version mineure, cette dernière améliore le récent widget de calcul d'itinéraires basé sur le service en ligne d'ArcGIS Online ainsi que l'édition des propriétés des services web non-ArcGIS dans l'interface de configuration du viewer .


Après avoir mis à disposition des contributeurs d’OpenStreetMap en juillet 2010 ses prises de vues aériennes, le CRAIG (la plateforme régional de diffusion d'information géographique en Auvergne) franchit une nouvelle étape dans la diffusion de ses données OpenData en libérant près de 15 To de données aériennes et altimétriques de la région Auvergne sous la forme de services WMS. Une superbe initiative...



Et pour finir en sourire, comme chaque semaine, une scène insolide de la vie quotidienne capturée par Google Street View (en Croatie):


  
Agrandir le plan

Bon Week-End...