mercredi 30 janvier 2013

Simulation des transports en commun sur Grenoble

Vasile Cotovanu, un développeur roumain qui travaille en Suisse pour local.ch vient de mettre en ligne une application de simulation "temps-réel" des transports en commun assez intéressante. En effet, à l'aide de la librairie vehicle-simulator et de données Open Data publiées par TAG, il propose l'application TAG Grenoble Network Simulator qui restitue, en temps-réel, le système des transports en commun de l'agglomération Grenobloise.

Grâce aux tableaux horaires de TAG, le simulateur fournit les positions théoriques des bus et des tramways. Ces positions sont restituées à l'aide de l'API Google Maps dont les vues obliques disponibles sur cette zone apportent un réalisme supplémentaire à la simulation. Voir la vidéo ci-dessous (en HD).


Les librairies utilisées pour le simulateur sont accessible en Open Source, vous les trouverez ici sur GitHub.

D'autres applications similaires sont également disponible pour les villes suivantes:
Swiss railways (SBB) network simulator - http://simcity.vasile.ch/sbb/ 
Romanian railways(CFR) network simulator - http://cfr.webgis.ro/ 
Lausanne (TL) public transport simulator - http://simcity.vasile.ch/lausanne/ 
Brașov (RAT) public transport simulator - http://brasov.webgis.ro/

dimanche 27 janvier 2013

La carte du dimanche

J'inaugure une nouvelle série d'articles qui, chaque dimanche, me permettra d'évoquer une carte en ligne qui aura retenu mon attention. 

Je commence aujourd'hui par une carte plutôt ludique et originale: à la fois par son thème: l'historique des tournées de Rolling Stones, mais aussi par le design épuré de la carte et de l'interface utilisateur. 


Même si pour ma part, je suis plutôt Beatles que Rolling-Stones, il faut reconnaitre que le nombre de kilomètres parcourus au cours de ces quatre décennies est tout simplement incroyable. 



samedi 26 janvier 2013

En bref cette semaine...

Comme chaque semaine, vous trouverez ci-dessous une liste évidement subjective et incomplète des news du monde de la cartographie et du geospatial:

Après la plateforme Android, Google annonce la disponibilité de l'application Google Maps Coordinate sur l'iPhone. Pour mémoire, Google Maps Coordinate est une solution permettant de gérer l'affectation de tâches, le reporting et la collaboration d'équipes opérationnelles en situation de mobilité.


A quelques heures de l'arrivée des premiers concurrents, l'organisateur du Vendée Globe propose une cartographie interactive très riche qui permet, outre de visualiser la position courante de chaque skipper, de retracer l'historique de l'ensemble de la course.



  
Une cartographie (malheureusement statique) des forces engagées au coté de la France au Mail.


  
Google Earth prouve-t-il l'existence de camps de travail en Corée du Nord ? Voir cet article de MetyBuzz.
GeoServer, le serveur web SIG Open Source, passe en version 2.2.3. Plus d'infos ici.
La librairie et maison d'édition strasbourgeoise spécialisée dans les livres rares et anciens, "Ivres de Livres", invite les internautes à contribuer à un concept de cartographie littéraire collaborative Open Source.


  
La version 3.0 d'arcOpole, le générateur d'applications métiers pour ArcGIS Server est disponible. Plus d'info sur le blog d'Esri France.








Au delà de la conférence "State Of the Map France" qui aura lieu les 23-24 février à Lyon, la communauté française des contributeurs OpenStreetMap est très active dans les prochains mois, vous retrouverez ici la carte des événements programmés pour l'année 2013.



Et pour finir, une scène insolide de la vie quotidienne capturée par Google Street View:


Agrandir le plan


Bon Week-End...

jeudi 24 janvier 2013

Un portail Open Data pour le département des Hauts-de-Seine

Le département des Hauts-de-Seine vient de lancer le portail opendata.hauts-de-seine.net dédié à la diffusion de données publiques. Le projet du Conseil Général des Hauts-de-Seine rejoint ainsi la démarche Open Data déjà engagée par d'autres départements ou collectivités territoriales telles que le Loir-et-Cher, la Saône-et-Loire, la Loire-Atlantique ou encore le Maine-et-Loire.


Transparence et démocratie, développement économique, gouvernance et aide à la décision sont les bénéfices mis en avant par le département. En termes de contenus, on y retrouve des données désormais assez classiques comme les chiffres détaillés du budget du Conseil général, les données liés aux transports, des chiffres liées à l'action sociale ou encore des données autour de l'environnement.

Parmi les 53 jeux de données disponibles, une large part est évidemment géographique. Pour ces données, une visualisation cartographique est disponibles via un viewer (développé avec le framework OpenLayers) et permet également le téléchargement dans différents formats (CSV, XLS, Shapefile, KML/KMZ). On notera également que pour la plupart des jeux de données géographiques, des services web sont disponibles pour une intégration plus dynamique et plus interopérable des données (WMS, WFS et JSON opéré par le serveur SIG Open Source GeoServer).


Le modèle de licence sous lequel sont publiées les données est le modèle "Licence Ouverte / Open License" que l'on retrouve sur d'autres plateformes notamment data.gouv.fr.

Juste pour l'exemple, j'ai téléchargé un des jeux de données intéressants du portail pour l'afficher dans une carte 2D/3D en ligne sur WGS Portal. Il représente le trafic moyen journalier des principaux tronçons routiers du département.

mardi 22 janvier 2013

Twitter, un capteur géographique ?

Habitant dans l'ouest parisien, je me suis réveillé ce matin comme beaucoup de francilien avec cette odeur de gaz. La radio se faisait déjà l'écho de cette fuite de l'usine Lubrizol située à Rouen. Réflexe de cartographe, j'ai aussitôt essayé de trouver une carte du nuage mais comme je m'en doutais rien de très précis car l'info était trop fraîche. Je me suis alors reporté sur ce qui reste aujourd'hui le mode de communication le plus réactif à savoir les réseaux sociaux, et en particulier Twitter. Je souhaitais visualiser géographiquement où l'on parlait de cette odeur de gaz, et pour cela j'ai utiliser une des meilleures applications pour cartographier les Tweets géolocalisés: TrendsMap. Très ergonomique, elle permet en un coup d'œil de visualiser les sujets les plus présents selon les zones géographiques. Ce matin, entre Paris et Rouen (zone de propagation du nuage de pollution) c'était assez significatif. 


On remarquera que les Tweets se concentrent essentiellement sur les zones urbaines de Rouen et Paris. En France, la proportion de Tweets géolocalisés reste encore assez faible et limite donc les analyses à des phénomènes très urbains. Il faut donc attendre encore un peu que l'usage de Twitter en mode géolocalisé augmente pour que l'on puisse l'utiliser en tant que capteur géographique pertinent.



lundi 21 janvier 2013

Combien de vos amis Facebook sont géolocalisables ?

L'équipe de CloverPoint (basée à Victoria au Canada) propose MapSocial, une application assez cool pour Facebook. Celle-ci offre un service assez amusant qui permet aux utilisateurs de créer un graphe social de leurs amis qui ont activés les fonctions de localisation dans leurs paramètres. En quelques étapes, vous pouvez vous connecter au service (via Facebook) puis suivre les instructions pour générer et éventuellement partager la représentation graphique et géographique de vos amis. 


Voici comment cela fonctionne:
  1. Allez sur l'application MapSocial (https://www.facebook.com/MapSocial) .
  2. Connectez vous avec votre compte Facebook si ce n'est pas déjà le cas.
  3. Cliquez sur le bouton "Accéder à l'application" puis cliquez sur le lien "Get Started Now" pour commencer à créer votre propre carte sociale.
  4. Suivez les étapes en cliquant sur le bouton "Next", c'est pas plus compliqué que ça.





samedi 19 janvier 2013

En bref cette semaine...

Comme chaque semaine, vous trouverez ci-dessous une liste évidement subjective et incomplète des news du monde geospatial:

LeMonde.fr nous propose un décryptage, à l'aide d'une animation cartographique, de la situation du Mali et des conditions qui ont conduits aujourd'hui à cette situation de crise.




La ville de Sèvres utilise la plateforme de Geo-Cloud WGS Portal pour diffuser ses cartes comme par exemple avec avec ce plan de ville interactif.


  
Leaflet, une des librairies JavaScript de Web Mapping Open Source les plus en vue actuellement, passe en version 0.5 et s'enrichit de nombreuses fonctionnalités. La communauté des contributeurs est en pleine croissance et les références s'accumulent, on pourra citer notamment Flickr, Foursquare, OSM ou GISCloud. A noter également la mise en ligne du plug-in Leaftlet.draw permettant de gérer la saisie de géométries sur la carte.


  
Une histoire du Web Mapping retracée via cette cartographie réalisée avec MindMeister, un outil en ligne très pratique pour organiser vos idées.


  
Des supports de cours sur le Web Mapping mis en ligne par Laurent Jégou (Formation SIGMA - Université de Toulouse) .
   
Esri propose une série d'outils complémentaires pour l'extension ArcGIS Spatial Analyst. Ces outils permettent notamment d'obtenir des représentations statistiques multi-dimentionnelles pour vous aider à réaliser des classifications d'image.

Une news un peu ancienne (mais mieux vaut tard que jamais), les présentations et les démonstrations de la dernière journée de l'interopérabilité de l'OGC France sont disponibles en ligne. Pour mémoire, le thème était "Capteurs, bâtiment et infrastructures : les nouveaux domaines de l’interopérabilité".

Une application cartographique impressionnante représentant le traffic, des latences et des attaques Internet mesurées à partir des serveurs Akamai qui opèrent environ 20% du traffic global du web.


 



La représentation cartographique (ou non) de réseaux socio-économiques vous intéresse ? Je vous recommande cet article du Département de Géographie de l'Université de Loughborough (UK). 



Une application interactive calculant des anamorphoses (Cartograms) à partir de différents indicateurs socio-économiques. Réalisée par Esri avec l'API ArcGIS for Silverlight.



Bon Week-End.

mercredi 16 janvier 2013

Une carte des antipodes

Il y a quelques jours, en cherchant tout simplement la définition du mot "antipode" je suis tombé sur cette carte assez originale réalisée par Darren Wiens, un fan de l'API Google Maps dont le blog vaut également le détour. Cette (double) carte permet tout simplement de découvrir interactivement la région géographique qui se trouve à l'antipode, c'est-à-dire le point sur le globe situé à l'opposé de la position courante. Au delà de l'idée simple mais originale, cette application JavaScript présente plusieurs aspects techniques intéressants. Tout d'abord l'utilisation avancée du CSS pour obtenir l'effet miroir sur les cartes, l'utilisation des Styled Maps de l'API Google Maps 3.0 (j'y reviendrai en détails dans d'autres articles), l'utilisation de jQuery pour le composant Slider situé en bas de l'application et enfin l'utilisation de la librairie PaperJS pour l'affichage des coordonnées Lat/Lon.

J'ai intégré la carte ci-dessous en l'adaptant légèrement et en la centrant par défaut sur la France. En face de nous, finalement pas grand chose !




dimanche 13 janvier 2013

Data, Big Data, DataViz, Data Scientist, OpenData… reprenons du début

Un des principaux objectifs de ce blog est d'aborder les différents aspects de la diffusion de l'information géographique. Cela commence forcément par évoquer la source de toute information: la donnée. Autour du concept de la Data, gravitent de nouveaux phénomènes comme le Big Data, la Data Viz ou l'Open Data … Des journalistes aux décideurs en passant par les spécialistes techniques, tout le monde s'en fait désormais l'échos. Alors avant d'aborder régulièrement ces thèmes dans les prochains mois, reprenons depuis le début chacun de ces concepts.



La Data

La Data constitue le cœur de tous nos systèmes d'information et jouent donc un rôle essentiel dans la prise de décisions économiques, stratégiques ou politiques. Stockées de manière numérique, les données sont le plus souvent structurées et peuvent ainsi être traitées efficacement grâce à la puissance des outils informatiques. La Data étant par définition extrêmement diverse, son traitement a fait naître de nombreuses disciplines comme par exemple la géomatique pour l'information géographique ou la Business Intelligence (BI) pour l'information décisionnelle.

GeoData

Sans qu'il soit évident de le démontrer, il est communément admis que 80% de nos bases de données ont une composante géographique, on parlera donc parfois de GeoData. Que ces données soit directement géographiques (imagerie satellitaire, relevés topographiques, coordonnées GPS, …) ou indirectement (adresse postal, adresse IP, cellule radio d'un téléphone portable, …) cela veut dire que la grande majorité des informations issues de nos bases de données peut s'analyser sous un angle spatial  et se représenter sous la forme de cartes. Un potentiel énorme qu'on est loin, aujourd'hui, d'avoir exploité totalement.


Big Data, le nouveau défi de la Data

Depuis toujours, ce sont les capacités informatiques qui sont les principales limites à la croissance des bases de données: technologies de collecte, capacité de stockage, débit des réseaux et puissance de calcul. Depuis quelques années, des évolutions majeures autour de ces 4 axes ouvrent de nouvelles possibilités. Aujourd'hui, nous tous devenus des capteurs fournissant en permanence, plus ou moins directement des données. En détenant une carte de fidélité de votre supermarché préféré, en activant la géolocalisation de vos messages sur Facebook ou encore en cliquant sur les liens d'un site d'e-commerce, vous contribuez à alimenter des bases de données dont le niveau de détails et donc le volumes sont absolument inédits. Plus vertigineux encore, dans quelques années les principaux fournisseurs de données ne seront plus les humains mais en majorité des capteurs tels que les caméras de surveillance, les sondes météos, le GPS et autres sondes de votre véhicule, votre navigateur web, votre carte bancaire ou votre réfrigérateur.

Copyright: HP

On estime qu'en 2013, l’humanité produit autant de données en 2 jours qu’elle ne l’a fait en deux millions d’années. Cette croissance irréversible des bases de données et les enjeux techniques qui en découlent (collecte, stockage, format, diffusion, traitement) conduisent à une nouvelle approche que l'on nomme le "Big Data". Des architectures informatiques à adapter, des méthodes de traitement à réinventer mais aussi de nouveaux modes de restitution de l'information à imaginer, le Big Data est probablement un des grands défis informatiques de la décennie en cours. C'est en même temps un formidable gisement d'opportunités en termes de business et de parcours professionnels.

Quelques articles sur le Big Data:
- Comment le Big Data va révolutionner 2013 ?
- Le Big Bang du Big Data
- Vertigineux Big Data


Un nouveau métier: Data Scientist

L'explosion de l'analytique et des Big Data dans l'entreprise révèle de nouveaux besoins en termes de compétences et donc de nouveaux profils, pour l'instant assez rares. C'est le cas notamment du Data Scientist pour lequel il n'existe pas de formation mais qui pourtant est promis à un avenir radieux. Les Data Scientists sont généralement passionnés de mathématiques (fondamentales) et qui occupent leur temps à triturer d'énormes masses de données, à les trier, à les sélectionner, à construire des modèles d'analyse et enfin à proposer des solutions de visualisation pour comprendre ces données. Cet article sur un salarié de Twitter donne une vision intéressante du Data Scientist.


Le Data Scientist rassemble donc trois compétences essentielles: la statistique, l'informatique et la communication. Rien qu'aux Etats-Unis, on estime le besoin en Data Scientist à plus de 100 000 spécialistes d'ici 2020. Le job le plus sexy du 21ème siècles ?


Data Viz, ou l'art de transformer ses données en information

Comprendre et se faire comprendre est un pouvoir essentiel pour prétendre vitre dans une démocratie. Cependant, dans une ère on l'on est submergé par les informations, être capable d'intégrer ces masses de données pour produire une information efficace (audible, compréhensible, accessible,...) est un véritable défi.  Savoir collecter les contenus pertinents, les filtrer, les nettoyer, les compléter constituent une tâche essentielle facilité par les évolutions technologiques. Mais au delà de ça, choisir la meilleure représentation visuelle pour faire passer des messages constitue une tâche tout aussi importante. Quel type de schéma, de diagramme, l'illustration, de vidéo ou de carte vais-je utiliser pour présenter et persuader à partie de mes données; c'est l'enjeu de la Data Vizualisation (Data Viz).

Copyright: The Guardian

Plus qu'un phénomène de mode la Data Viz devient une véritable discipline dans laquelle les nouvelles technologies (le son, la vidéo, le tactile, la réalité virtuelle, ...) se combinent avec l'illustration, le graphisme et bien sur la cartographie.

Si vous voulez aller plus loin, je vous recommande cet excellent blog ainsi que cet article: L'ère de la Data Viz commence aujourd'hui ou en core celui-ci: How to use maps in Data Vizualisation.


Et l'Open Data dans tout ça ?

Sans lien direct avec le Big Data, un nouveau phénomène contribue aujourd'hui à l'accélération et à la diversification des usages de la Data: l'ouverture des données (Open Data). Ce terme est utilisé pour qualifier les initiatives favorisant la libération des données publiques et leur diffusion auprès du plus grand nombre. L'objectif de l'Open Data est de fournir une information relativement brute et facile d'accès (via le web) pour permettre l'élargir les usages et encourager l'innovation. Pour cela, les données sont diffusées selon des formats interopérables et des conditions de licences ouvertes pouvant aller dans certains cas jusqu'à autoriser la transformation et la redistribution des données.

Depuis deux ans, un nombre significatif de projets Open Data ont vu le jour à commencer par celui du gouvernement français (data.gouv.fr) mais aussi de nombreuses initiatives de collectivités territoriales comme le Département de La Saône et Loire ou l'agglomération de Montpellier. On pourra également signaler des projets d'opérateurs de services publics comme celui de la RATP ou de la SNCF.

    

samedi 12 janvier 2013

En bref cette semaine...

Comme chaque semaine, vous trouverez ci-dessous une liste totalement subjective et incomplète des news du monde geospatial:

La prochaine session des Data Tuesday, elle aura lieu mardi 15 janvier et sera consacrée au  thème "Green Data". Plus d'infos ici.

L'IGN lance un nouveau portail destiné à la diffusion gratuite de logiciels développés par l'Institut Géographique National. A visiter.

Esri annonce la sortie de la version 3.3 de son API ArcGIS for JavaScript. Plus d'infos ici.

GeoTools, la librairie SIG Open Source, passe en version 8.5. Plus d'infos ici.

GeoServer, le serveur web SIG Open Source, passe en version 2.2.3. Plus d'infos ici.

Dans la foulée de Marseilles, Lyon, Rennes ou encore Toulouse, le site militants sous-surveillance.net vient de publier des applications web et mobile pour suivre les caméras de vidéo-surveillance sur Paris.

Mapresso lance une applet Java gratuite pour construction en ligne de cartes et de cartogrammes choroplèthes.

La Métropole de Metz lance son portail cartographique Géo Metz Métropole basé sur les technologies GeoServer, différentes librairies JavaScript Open Source coté client ainsi que PostgreSQL/PostGIS coté base de données.

L'AFIGEO publie un document décrivant les règles d'interopérabilité devant être respectée dans le cadre de la Directive INSPIRE entre les IDG.

Des services web météo basés sur plus de 40000, libres et gratuits, c'est sut OpenWeatherMap.org. Inspiré de la philosophie du projet OpenStreetMap, plusieurs services de cartes tuilés ouverts (TMS, WMS, JSON) sont accessibles depuis de nombreuses API de Web Mapping (OpenLayers, LeafLet, ...) ou directement dans des plateformes de Géo-Cloud (CartoDB, GisCloud ou encore WGS Portal).

Un nouvel ouvrage bientôt disponible pour consolider vos compétences si vous développez en Python dans ArcGIS.


Bon Week-End.