mercredi 2 octobre 2013

"Shutdown" aux US : mais où sont les services publics sur le (Géo) Cloud ?


Comme c'était prévisible, les démocrates et les républicains ne sont pas parvenus à s'entendre sur le budget fédéral pour 2014, qui devait démarrer le 1er octobre 2013. Conséquence immédiate : le "shutdown" c'est-à-dire la "coupure", "l'arrêt total" de plusieurs administrations publiques et services fédéraux.

Cette "banqueroute" organisée durera tant que les deux partis ne trouvent pas d'accord au Congrès, ce qui peut durer un certain temps... alors que les démocrates sont majoritaires au Sénat et que les républicains sont majoritaires à la Chambre des représentants.

Mais en attendant que ces messieurs s'entendent, la réalité prend une tournure opérationnelle effrayante. Ce sont 800 000 fonctionnaires qui sont au chômage technique pour une durée indéterminée... agents de renseignements inclus !


"Liberty has been shut down".

Par ailleurs, cette "fermeture" de l'Administration fédérale se produit également sur le Web, et notamment sur les sites officiels des grandes Agences du Gouvernement. Parmi ceux-ci on trouve par exemple les sites de la NASA, de la NOAA ou de l'USGS qui sont fermés ! Seuls quelques "services vitaux" sont maintenus dans des conditions plus ou moins opérationnelles, assurant le strict minimum.


 Le site officiel de la NASA.

La NASA se voit obligée de fermer l'essentiel de ses bases au sol et ne conserve ses activités opérationnelles que pour l'espace habité. Son site web centrale est fermé tout comme l'essentiel de ses sites secondaires !


Le site officiel de la NOAA. 

La NOAA n'est pas mieux servie. Toutefois, son site dédié à la météo temps réel (Weather.org) est considéré comme critique et fonctionne donc en conditions nominales.


Le site officiel de l'USGS.

Quant à l'USGS, son site web officiel lui aussi touché, renvoie sur quelques url censées toujours fonctionner car considérées comme services critiques ; mais certains semblent sensiblement dégradés...

Concernant ces services web gouvernementaux  - arrêtés ou fortement perturbés -, il est certain que le modèle économique du Cloud aurait été bien plus adapté. Basé sur des abonnements annuels ou pluri-annuels, le Cloud aurait permis d'assurer une continuité des services administratifs fédéraux, au moins jusqu'à la fin des abonnements contractés.

Il va être temps que les Administrations s'y mettent massivement. Cette situation, liée à la conjoncture exceptionnelle que le Congrès s'impose et impose, nous le rappelle cruellement...

2 commentaires: