jeudi 23 juin 2016

Construisez votre propre Géo plate-forme avec Google Cloud Platform et les APIs Google Maps...

Ce sont Ed Boiling, Solution Architect (Google Maps for Work) et Grace Mollison, Solutions Architect (Google Cloud Platform) qui ont posté l'information.

Lorsque des clients de Google for Work travaillent avec des données géospatiales issues d'importantes flottes de véhicules, de nombreux capteurs ou autres objets connectés qui se déplacent dans le monde entier, ils doivent généralement combiner l'usage de plusieurs API Google pour capturer, traiter, stocker, analyser et visualiser leurs données à la bonne échelle, au bon endroit, au bon moment.

Pour les aider à cette mise en place, des experts de Google for Work ont construit un framework, véritable système évolutif avec quelques composants des suites Google Cloud Pub/Sub, Google BigQuery et les APIs Google Maps. La solution est livrée avec un tutoriel complet, des images Docker utilisables tout de suite et quelques jeux de données à tester avec.

La solution récupère les données en utilisant BigQuery et les restitue sur une carte de chaleur en indiquant la densité.

Ils ont choisi Google Cloud Pub/Sub pour gérer les messages entrants provenant des véhicules ou des divers capteurs, puisque le système se passe de serveurs classiques, et permet de gérer plusieurs milliers de messages à la fois avec une configuration minimale. Il suffit de créer un sujet puis de commencer à y ajouter des messages. Google BigQuery offre des pétaoctets de stockage et d'analyses de données - ce qui est idéal pour la gestion des grandes flottes de véhicules qui renvoient des milliers de messages par seconde, année après année. En outre, BigQuery peut effectuer des requêtes géospatiales simples  par localisation par exemple) ou faire du géofencing sur de vastes ensembles de données, le tout en quelques secondes.

Les API Premium de Google Maps ajoutent une dimension supplémentaire à la gestion des données en convertissant la position GPS brute (les coordonnées X et Y) en données d'adresses structurées lisibles (c'est du reverse géocoding), ainsi que l'ajout d'autres éléments de contexte locaux très utiles, telle que l'élévation (le Z) par exemple, très intéressant pour des analyses de la consommation de carburant, ou encore le fuseau horaire de la zone locale (si vous voulez voir uniquement les enregistrements des véhicules pendant les heures de travail d'un endroit donné).
Google Maps fournit également une interface avec laquelle la majorité de vos collaborateurs, clients ou utilisateurs sont familiers.

Enfin, les experts de Google ont packagé leur solution en utilisant Docker, de sorte que vous pouvez la prendre et commencer à travailler avec elle tout de suite. Bien sûr, si vous préférez simplement exécutez le code sur un serveur ou une machine locale, vous pouvez très bien le faire ; il est écrit en Python et peut être exécuté à partir d'une ligne de commande.
Pour commencer, consultez ce document, puis le tutoriel pour explorer l'application et les données. Après avoir testé l'exemple, consultez le code sur GitHub et commencez à travailler avec vos propres données de télémétrie et profitez des technologies Cloud de Google.

mardi 21 juin 2016

Célébrez le solstice d'été avec le Projet Sunroof et le Sierra Club

Carl Elkin, le fondateur du Projet Sunroof a célébré à sa manière le solstice d'été cette année.

Rejoignez les ingé de Google pour célébrer le début de l'été dans l'hémisphère Nord, soit le jour le plus long et le plus brillant de l'année, lorsque cet hémisphère est incliné vers le Soleil plus que tout autre jour de l'année. Parmi les nombreux bienfaits que l'été apporte (jours plus longs, promenades chaudes et dîners qui se prolongent) c'est l'énergie solaire qui est largement sous-utilisée.
Le Soleil fournit plus d'énergie à la Terre en une heure que toute notre civilisation en utilise en un an. En cette longue journée de solstice d'été, des panneaux solaires sur votre toit pourraient générer suffisamment d'énergie pour faire fonctionner votre réfrigérateur pendant près de deux semaines ; c'est 50% plus d'énergie que lors d'une journée moyenne. Pourtant, globalement, c'est seulement environ 1% de notre énergie qui provient de l'énergie solaire. Donc, aujourd'hui, le Projet Sunroof fait équipe avec le Sierra Club pour partager quelques conseils sur comment vous pouvez mieux utiliser le Soleil pour produire de l'énergie et pour protéger notre Terre.

sunroof-gif-1.gif

L'énergie solaire est l'une des sources d'énergie les plus propres qui soit et les États-Unis disposent de ressources solaires abondantes. Le Projet Sunroof est une tentative des ingénieurs de Google de faire de l'énergie solaire une commodité. Les propriétaires de maisons et bâtiments peuvent rechercher leurs biens sur une carte et obtenir un avis sur le potentiel solaire du bien en question. Cet avis est basé sur la taille du toit, la quantité de Soleil qui le frappe tout au long de l'année, la météo locale, les aides gouvernementales possibles, les tarifs de l'électricité et les analyses comparatives de leurs factures existantes et à venir.
sunroof-gif-2.gif

Le Sierra Club a quelques conseils supplémentaires à vous donner sur la façon d'utiliser la puissance du Soleil et d'autres formes d'énergie propre pour ralentir les effets du changement climatique. Consultez Ready for 100 pour en savoir plus sur comment vous pouvez aider à atteindre 100% d'énergie propre et renouvelable à travers les États-Unis.

SUN-6.gif

mercredi 2 décembre 2015

à la COP21...


Alors que la Conférence de Paris de 2015 sur le climat (COP21) a commencé au Bourget sous l'égide des Nations Unies, je vous recommande de vous y rendre et de visiter le pavillon ouvert au public : Espaces Générations Climat.  Accessibles librement et gratuitement au public comme à toutes celles et ceux qui participent aux négociations climatiques internationales, les Espaces Générations climat sont ouverts du 1er au 11 décembre 2015 de 10h30 à 19h00, à l’exception du dimanche 6 décembre.

Vous y découvrirez de très nombreux stands et pourrez rencontrer de nombreuses personnes venues du monde entier. Vous y trouverez aussi les mécènes et grandes entreprises françaises oeuvrant également à la réussite de la COP21.


Les entreprises contribuent directement ou indirectement au réchauffement climatique et sont donc naturellement des acteurs incontournables dans l’élaboration de solutions efficaces qui permettront de rester sous la limite d’une augmentation des températures de +1,5 à +2°C.

Un grand nombre d’entreprises, quel que soit leur secteur d’activité, sont déjà engagées dans une dynamique de lutte contre le dérèglement du climat, dans le cadre de diverses initiatives, comme par exemple le Caring for climate du Global Compact, le programme Climate Savers développé par le WWF, l’initiative RE100 du Climate Group, une partie du Forum économique mondial ou encore l’Agenda des solutions.

Par ailleurs, plusieurs de ces entreprises ont choisi de contribuer à l’organisation de la COP21, au titre du mécénat, via des contributions financières ou en nature.


Parmi les entreprises présentes, se trouve Google qui propose un mur d'images avec Google Earth et Google Earth Engine en libre service. Ces puissants moteurs servent de l'information géographique et de l'imagerie satellite couvrant toutes les régions de la planète. Ces outils connus de tous et très faciles à utiliser, permettent ainsi d'accéder à des données très récentes provenant des plus grands centres de recherche scientifique du monde, des satellites en orbite et de nombreux autres capteurs.



Grâce à la fonctionnalité Google Timelapse, vous pourrez naviguer dans l'espace et dans le temps et constater par vous même les changements des paysages et les profondes transformations que subit la planète depuis 40 ans. Vous pourrez constater le recul des glaciers de l'Alaska et du Groenland, la pollution lumineuse en Pologne ou en Chine la nuit, la profonde crise Ukrainienne par une baisse sensible de l'éclairement des villes, la disparition de la mer d'Aral ou d'autres grands lacs d'Asie mineure, les déserts se transformant en champs verts grâce à une irrigation non raisonnable, la déforestation galopante au Brésil ou au Pérou, l'accroissement des mines à ciel ouvert en Amérique du Sud, la prolifération des sites pétrolifères à fracturation hydraulique aux Etats-Unis et au Canada, les incendies saisonniers de Californie ou d'Australie, les incendies agricoles dans la péninsule Indochinoise, l'extension des villes un peu partout sur la planète et de très nombreuses autres catastrophes naturelles et atteintes à l'intégrité de la biodiversité...


Google Earth est l'outil SIG le plus téléchargé de toute l'histoire de la géo-informatique. Totalement gratuit, sa version professionnelle (Google Earth Pro) utilisable par les ONG, les organismes de recherche, les médias et les entreprises est également gratuite depuis janvier 2015.


Bonne chance à la COP21 et aux négociations en cours pour l'avenir de l'Humanité et de la Biodiversité.



Pour quelques informations de plus sur la COP21 : le JDD.

vendredi 27 novembre 2015

L'appli Géo-mobile du mois : 7è CONTINENT

80% des déchets plastiques présents dans les océans proviennent de l’activité humaine sur les continents. Aucun océan n’est épargné par la présence massive de déchets plastiques qui véhiculent des perturbateurs endocriniens, métaux lourds et autres polluants qui sont autant de pièges pour la biodiversité avec un impact sur la santé humaine.

Localiser par tous les moyens y compris par les satellites, comprendre les impacts et réduire la pollution des déchets plastiques.Telle est la mission de Expédition 7e Continent qui œuvre pour un environnement préservé en combinant des savoir-faire scientifiques (CNES, CNRS…), pédagogiques et médiatiques structurés autour d’un engagement basé sur l’action et les solutions.

Expédition 7e Continent présente une application mobile participative permettant au public de géo localiser et de témoigner en photo/vidéo des déchets plastique présents dans la nature.

Cette application connecte chaque individu muni d’un Smartphone à un réseau local (associatif, collectivités, industriel) intéresser au ramassage des déchets plastique et de leur recyclage.

Cette application remplit un besoin scientifique pour alimenter en Big Data, via le crowdsourcing des organismes scientifiques qui pourront cartographier les sites de pollution.
L’économie circulaire est également présente pour créer de l’emploi local de proximité, souvent bénéfique aux associations et aux femmes, grâce aux actions de recyclage de cette matière secondaire que représente les déchets plastiques.

L'appli est gratuite et disponible sur l'App Store (iOS) et sur Google Play (Android).

mercredi 11 novembre 2015

Avec Google Maps, naviguez et cherchez... en étant connecté ou pas !

Environ 60% de la population mondiale n'a pas accès à Internet, et même quand l'accès en ligne est possible, il peut encore être amélioré et mieux partagé. Cela signifie que l'accès rapide et facile à l'information n'est toujours pas possible pour une majorité de la population. Ceci est un vrai problème pour de nombreux usages et particulièrement pour les gens qui tentent de se déplacer (pour quelques raisons que ce soit), d'explorer le monde alentours, de voyager... C'est pourquoi, l'équipe d'ingénieurs travaillant sur Google Maps prend des mesures pour aider les gens à travers le monde à trouver leurs chemins et directions et à arriver là où ils le souhaitent, même quand ils ne disposent pas d'une connexion Internet permanente.

C'est Amanda Bishop, Product Manager chez Google qui vient de l'annoncer. A partir d'aujourd'hui, vous pouvez télécharger et mettre en mémoire une région du monde dans votre smartphone. De sorte que la prochaine fois que vous vous trouverez sans connection Internet, que ce soit sur une route de campagne ou dans un parking souterrain par exemple, Google Maps continuera à fonctionner de manière nominale, sans interruption. Alors qu'auparavant vous pouviez simplement voir une zone de la carte en mode déconnecté, vous pouvez maintenant obtenir un itinéraire "pas à pas", rechercher des destinations spécifiques, et trouver des informations utiles sur les lieux alentours, comme les heures d'ouverture des magasins ou des informations de contact, voire également des évaluations de restaurants ou d'hotels.
Vous pouvez donc télécharger une zone suite à la recherche d'une ville, d'un département, d'une région ou d'un pays par exemple, en appuyant sur "Télécharger", ou en allant dans "zones déconnectées" du menu Google Maps et en cliquant sur le bouton "+" . Une fois téléchargé, Google Maps se mettra automatiquement en mode "hors ligne" dès qu'il reconnaîtra que vous êtes dans un endroit avec peu ou pas de connectivité. Lorsque la connexion est retrouvée, il se remettra en mode "en ligne" de sorte à pouvoir facilement accéder à la version complète de Google Maps, y compris avec les conditions de circulation en temps réel pour achever votre itinéraire. Par défaut, les zones seront seulement téléchargées dans votre smartphone lorsque vous serez en mode Wi-Fi, cela pour éviter des frais téléphoniques importants.
Lors du dernier Google I/O (en mai 2015), Google avait présenté en avant-première ces nouvelles capacités de Google Maps. Quelques mois seulement après, les premiers éléments de ces nouvelles fonctionnalités apparaissent pour la dernière version de Google Maps sous Android (et seront bientôt disponibles pour Google Maps sous iOS également). Au fil du temps, Google présentera encore plus de fonctionnalités en mode déconnecté pour aider les gens à trouver leur chemin, même lorsqu'ils n'auront pas d'accès à Internet.