lundi 31 août 2015

Global Fishing Watch


Global Fishing Watch est le produit d'un partenariat technologique entre SkyTruth, Oceana et Google. Il est conçu pour montrer à tous l'importance de la pêche industrielle dans les océans. Cet outil interactif - actuellement au stade de prototype - est construit pour permettre à quiconque de visualiser la flotte de bateaux de pêche au niveau mondial dans l'espace et le temps. Global Fishing Watch révèle l'intensité de la pêche dans le monde, un facteur majeur qui contribue à la chute vertigineuse des réserves halieutiques un peu partout sur la planète.

Avec des centaines de millions de personnes dans le monde dont les moyens de subsistance sont liés à l'océan, et beaucoup d'autres qui comptent dessus pour leur nourriture, il est devenu vital d'assurer la viabilité à long terme de nos mers et de nos océans. Nous avons donc besoin d'un outil puissant qui aux citoyens et à nos dirigeants, de comprendre la situation et de mesurer les enjeux et les impacts de la pêche industrielle, pour maintenir un océan généreux et une ressource abondante.

Global Fishing Watch sera disponible pour le grand public, permettant à quiconque disposant d'une connexion Internet de surveiller quand et où la pêche commerciale se passe, ceci dans le monde entier et en temps réel. Les citoyens peuvent utiliser l'outil pour voir par eux-mêmes si leurs pêcheries sont gérées efficacement. Les fournisseurs de fruits de mer peuvent garder un œil sur les bateaux auxquels ils achètent du poisson et des crustacés. Les médias et le public peuvent agir comme des vigiles pour améliorer la gestion durable des pêches mondiales. Les pêcheurs peuvent quant à eux montrer qu'ils respectent les lois et en faire part au plus grand nombre. Enfin, les chercheurs auront accès à une base de données pluri-annuelles sur toutes les activités de pêche.

L'outil utilise un flux mondial des positions des navires obtenu à partir de données extraites de l'Automatic Identification System (AIS), recueilli par satellite et révélant le mouvement des navires au fil du temps. Le système classe automatiquement les bateaux observés en fonction des mouvements détectés soit comme bateau de «pêche», soit comme bateau à l'activité de "non-pêche».

Cette version de Global Fishing Watch a été initialisée avec une injection de 3,7 milliards de positions de navires, soit plus d'un téraoctet de données retraçant deux années de collecte via satellite. Le tout permet de retracer les mouvements de 111 374 bateaux entre 2012 et 2013. Les ingénieurs ont utilisé un modèle de classification de comportement développé à partir de ces données afin de permettre l'identification du navire, le lieu de la pêche et son horodatage. Le prototype contient 300 millions de points provenant de l'AIS concernant 25 000 bateaux. Pour la carte représentant l'activité des bateaux de pêche, les données regroupent 35 millions d'enregistrements pour 3 125 navires. Toutes ces données permettent à tout un chacun de vérifier de façon indépendante les activités de chaque bateaux de pêche. Global Fishing Watch affiche ainsi le nombre précis d'heures de pêche pour chaque navire engagé, et projette le résultat sur une carte que tout le monde peut explorer avec un navigateur web.

Regardez cette vidéo pour en savoir plus, et pour voir Global Fishing Watch en action...


vendredi 28 août 2015

CARTES. Les côtes de la France les plus menacées par la hausse du niveau des mers

Très bon article à lire sur France Tv Info.

La Camargue

Avec une hausse des océans d'un mètre, la Camargue serait noyée sous les eaux, selon cette simulation réalisée à partir des données de la Nasa.  (FIRETREE / GOOGLE MAPS)

lundi 3 août 2015

Le programme de prêt du Street View Trekker fête ses 2 ans !

Vous connaissez Street View et ses célèbres Street View Cars. Vous connaissez aussi surement le Street View Trekker, ce sac à dos permettant d'obtenir la même imagerie immersive que les voitures dans des zones piétonnes ou peu accessibles... Cette information a été postée par Deanna Yick, Street View Program Manager.

Et bien voilà deux ans maintenant que vous pouvez, sous certaines conditions, bénéficier d'un prêt de la part de Google, de l'un de ces sacs à dos. Ceci afin de participer à la collecte de l'imagerie immersive 360 de Google dans le monde et devenir ainsi un photo-randonneur connecté.

En devenant partenaire de ce programme, vous pourrez et devrez donc parcourir et photographier de nombreux endroits à couper le souffle à travers le monde. Car depuis 2 ans, Google a multiplié les expériences de ce type en les industrialisant, ce qui a permis l'ajout d'images collectées dans une très grande variété d'endroits. Ceci entraîne la découverte et le partage à tous, de merveilles naturelles ou encore de petits coins cachés difficiles à atteindre voire totalement hors de portée de tout à chacun. Sans le Street View Trekker, pas facile ainsi de les découvrir.

Maintenant, à un doigt ou à un clic de souris, vous pouvez partir en Espagne randonner en montagne avec la région de Catalogne, marcher sur la route du pèlerinage de Kumano Kodo au Japon avec la Chambre de commerce et d'Industrie Mie Kumano-Kodo, explorer l'Arctique canadien avec l'association Polar Bears International, et même s'aventurer avec l'Office du Tourisme de Hawaii dans de la lave volcanique refroidie.

Si vous aimez les voyages depuis votre canapé, les ingénieurs de Google ont quelque chose pour vous. Grâce à la collaboration de centaines de partenaires, vous pouvez voyager au Groenland, visiter des ruines Viking et des fjords de glace, ou aller avec Blue Ventures faire un voyage à Madagascar, la plus vieille île du monde, regorgeante de vues uniques et d'une végétation fabuleuse. Et pour ceux d'entre vous qui sont à la recherche d'un frisson supplémentaire, que dire d'un petit voyage dans la forêt amazonienne au Brésil, façon arbonautes grâce à une tyrolienne, et à la Amazonas Sustainable Foundation.


En voyant les centaines de superbes sites collectés par les partenaires du programme, il est difficile de ne pas les envier, car ces sites sont généralement ceux dans lesquels ils vivent au quotidien. Découvrez aussi la beauté à couper le souffle du Colorado National Monument prise par le Grand Junction Visitor & Convention Bureau, la vue impressionnante du paysage urbain du Parc National du Port de Sydney réalisée avec l'aimable autorisation
du New South Wales National Parks & Wildlife Service, les eaux sinueuses de la rivière Avon recueillies par les équipes du Canal & River Trust.

Vous pouvez donc facilement découvrir d'autres endroits spectaculaires obtenus grâce aux 200 partenaires du programme de prêt du Street View Trekker, et voir les collections de la Galerie Street View, y compris des sites exceptionnels aux Etats-Unis, les Dolomites, Kyoto depuis la mer, Ticino en Suisse, des îles lointaines et beaucoup d'autres lieux merveilleux... Le monde vous attend, n'hésitez pas à partir l'explorer !

Et si vous faites partie d'une ONG, d'un office du tourisme, d'un organisme gouvernemental, universitaire ou d'une autre entité intéressée par un prêt du matériel photo de Google dans le but de partager vos endroits préférés avec le reste monde, postulez dès maintenant pour être le prochain partenaire du Street View Trekker.

lundi 27 juillet 2015

Une ballade de 5 000 km dans la steppe...

C'est Cynthia Wei, Program Manager de Google Street View qui a raconté cette histoire. Avec plus de 250 jours de soleil par an, la Mongolie est connue par beaucoup comme le "Pays de l'éternel ciel bleu". Sous ce ciel, cependant, la Mongolie a autre chose de constant : c'est un vaste pays avec une époustouflante beauté et variété de paysages, faits de steppes et de déserts, de lacs et de rivières glacées jaillissantes.

L'automne dernier, l'équipe des ingénieurs de Google Street View a préparé un 4x4 spécialement pour relever un nouveau défi. Aller faire de l'imagerie 360° sur plus de 5000 km de routes (et pas que de routes d'ailleurs), et découvrir les paysages exceptionnels de la Mongolie.

Parfois, rien n'y personne. Pas de route, pas de chemin. Et parfois quelques rencontres étonnantes et improbables...

Et il y a eu aussi des moments où l'équipe de Google a dû abandonner le 4x4 totalement et poursuivre à pied pour parcourir les étendues sauvages de la Mongolie profonde...
Ariuntuul ou "Ari", l'opératrice mongole du Trekker, porte 18 kg sur son dos pour "imager" les fabuleux paysages.

Allons donc jeter un coup d'oeil rapide par-dessus l'épaule de Ari et le capot du 4x4 de la Google Street View car, pour découvrir quelques endroits magiques de la Mongolie.

L'hiver approche
Premier arrêt : le lac Khuvsgulle deuxième plus grand lac d'eau douce d'Asie. L'équipe a réalisé ces images au milieu de l'hiver, alors que la totalité du lac a gelé si fort que les traîneaux et les camions peuvent le traverser.



Comme vous pouvez le voir, si vous vous dirigez vers la rive, vous vous rendrez rapidement compte que ce lac gelé est une destination de prédilection pour les habitants et les touristes, avec des sculptures de glace ornées et artisans locaux installés sur la glace.

Affluents
Arrêt suivant : une des nombreuses (très nombreuses) rivières que le 4x4 de Google a dû traverser durant les 5000 km du voyage - cette fois, un petit affluent de la rivière Yeruu dans la province de Selenge.



Parfois, il n'y avait même pas de ponts de fortune.

Du sable à n'en plus finir

La Mongolie du Sud héberge le plus grand désert de l'Asie, le désert de Gobi, qui chevauche la Chine du Nord. Ces vastes plaines de sable ont donné naissance au puissant empire mongol sous Gengis Khan au 13ème siècle.



Et comme vous pouvez le voir, les chevaux sauvages sont encore capturés puis apprivoisés dans ces étendues infinies.
Le froid ne vous dérange jamais
De l'autre côté du pays, près de la frontière avec la Russie, les "routes" différent un peu en hiver. Voici le 4x4 dans les terres agricoles à l'extérieur de la troisième plus grande ville de la Mongolie, Darkhan.



Heureusement, l'équipe était équipée d'un bon 4x4...

Les toits ronds de Oulan-Bator
Le ger (prononcer "gir") aussi appelée la yourte, est une structure emblématique de la Mongolie, une maison pour les éleveurs nomades qui ont vécus et se sont déplacés dans les plaines de Mongolie depuis des milliers d'années. Aujourd'hui, de nombreuses familles se sont déplacées vers la périphérie de la capitale en plein essor, Oulan-Bator, et y ont implanté leurs yourtes...



Bon voyage !

Bien que les aventuriers et les voyageurs passent généralement des semaines à explorer les trésors cachés de la Mongolie, Google vous permet maintenant de faire en quelques clics, une belle ballade dans ce pays magnifique, et ainsi par exemple vous aider à planifier une aventure dans le monde réel...



Post-scriptum : si vous voulez en savoir encore plus à propos de la Mongolie, consultez ce post concernant plus de 200 éléments culturels mongoles que Google a ajouté aux collections de son Institut culturel.

lundi 29 juin 2015

Google Earth fête ses 10 ans !

10 ans ! Google Earth fête ses 10 ans !


Initialement connu sous le nom de Earth Viewer, Google Earth a été développé par la société Keyhole Inc.  Rachetée par Google en 2004, le produit, un service de globe révolutionnaire, est renommé Google Earth en 2005. Depuis, Google Earth, connu du monde entier n'a cessé d'évoluer. 




Il couvre désormais tous les pays, en 2D et en 3D, avec des centaines de millions de Points d'Intérêts, toutes les routes et les rues du monde, de l'imagerie aériennes et satellites récentes, des données statiques et dynamiques, des données temps réel, des données socio-économiques et socio-démographiques, les données Street View...

Le tout est requêtable par de puissantes API, ce qui rend Google Earth un outil très ouvert.

Téléchargé plus de 2 milliards de fois, sur tous les types de plateformes possibles (bureautiques et mobiles), Google Earth est et restera longtemps encore l'outil géomatique le plus utilisé de tous les temps, par le grand publique comme par les professionnels de la géographie digitale.

Depuis janvier 2015, toutes les versions de Google Earth sont devenues gratuites.